Épuisement du pétrole: pour Shell, il faudra quatre Arabies saoudites de plus en dix ans | SmartPlanet.fr

Épuisement du pétrole: pour Shell, il faudra quatre Arabies saoudites de plus en dix ans

Par Thierry Noisette | 26 septembre 2011 | 0 commentaire

Revue de web: le PDG de Shell dresse un sombre tableau de l’avenir pétrolier, indiquant que la production des champs existants décline de 5% par an.

Le PDG de Shell, Peter Voser, dont les propos sont rapportés par le Financial Times, a affirmé:

« La production des champs existants décline de 5% par an à mesure que les réserves s’épuisent, si bien qu’il faudrait que le monde ajoute l’équivalent de quatre Arabie saoudite (sic) ou de dix mers du Nord dans les dix prochaines années rien que pour maintenir l’offre à son niveau actuel, avant même un quelconque accroissement de la demande. »

Ces propos et leur mise en perspectives font l’objet de deux billets sur le blog du Monde « Oil Man. Chroniques du début de la fin du pétrole ». Le journaliste Matthieu Auzanneau y parle d’une « surenchère cataclysmique ».

Quand Peter Voser déclare « Nous allons très probablement voir apparaître des difficultés dans l’équilibre offre-demande, et donc une hausse des prix de l’énergie sur le long terme. Je crois qu’il faut nous y faire », le journaliste observe que « le patron de Shell ne donne certainement pas la pleine mesure de ce que risque d’imposer le besoin de remplacer… quatre Arabie saoudite en dix ans! »

Un défi « sans doute chimérique »

Il rappelle qu’en novembre 2010, « l’Agence internationale de l’énergie (AIE) évoquait discrètement la nécessité de développer l’équivalent de la production de « seulement » deux Arabie saoudite avant 2020, juste pour compenser le déclin des champs existants. Déjà un défi fantastique, sans doute chimérique d’après de nombreux spécialistes (géologues, ingénieurs, militaires, financiers, etc.). »

Pour lui, ce revirement des compagnies pétrolières, les majors, qui toutes pointent la gravité de la situation après l’avoir longtemps niée, tient notamment à ce qu’elles ne parviennent plus à à remplacer le pétrole qu’elles ont pompé dans le monde.

La seconde partie de son billet fait un état des lieux du pic pétrolier chez les majors et les grands producteurs, citations et liens à l’appui. Pic (peak oil en anglais) qui est une expression « tabou dans la bouche des dirigeants du pétrole », rappelle le journaliste.

Source: Shell: il faut quatre Arabie saoudite en plus d’ici dix ans! – Oil Man / Le Monde

À lire aussi

Alstom et Datang s’attellent au captage du CO2 en Chine – 22 septembre 2011

Brésil: BP se renforce dans les biocarburants – 15 septembre 2011

Matières premières: pénurie et hausse des prix, une tendance de fond – 19 mai 2011

Les biocarburants pourraient assurer le quart des besoins du transport en 2050 – 5 mai 2011

Christophe de Margerie: Total regarde d’autres énergies que le pétrole – 4 mai 2011

Shell et Cosan créent un géant du biocarburant au Brésil - 22 février 2011

Mots-clefs :,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite