« Forte infiltration » de la mafia dans les énergies renouvelables en Italie | SmartPlanet.fr

« Forte infiltration » de la mafia dans les énergies renouvelables en Italie

Par Andrew Nusca | 5 février 2013 | 0 commentaire

Secteur naguère en plein boom en Italie, les EnR ont attiré les familles mafieuses, en particulier en Sicile.

Les stupéfiants? C’est du passé. La dernière opportunité en date de s’enrichir pour un mafieux italien est beaucoup plus propre: les énergies renouvelables.

C’est ce que révèle un surprenant reportage du Washington Post, dans lequel le reporter Anthony Faiola détaille l’implication de Casa Nostra dans le secteur florissant des énergies en Italie.

« Pour l’amour de nos fils, les énergies renouvelables sont importantes », aurait dit l’homme d’affaires Angelo Salvatore, placé sur écoute, à Vincenzo Funari, le parrain de la famille Gimbellina âgé de 79 ans. « C’est un secteur dont nous pouvons vivre. »

S’il est mis sur écoute, c’est parce que les autorités italiennes ont mené une opération de ratissage en Sicile le mois précédent, « révélant des années de profonde infiltration dans le secteur des énergies renouvelables par les familles italiennes du crime qui se modernisent rapidement », indique Anthony Faiola.

À bien y réfléchir, ce n’est pas une surprise. Les secteurs de l’éolien et de l’énergie solaire en Italie étaient en plein boom avant de connaître la déconfiture lors de la récente crise économique mondiale, soutenus par d’importantes mesures incitatives du gouvernement de l’ordre de plusieurs milliards d’euros.

Vous pouvez deviner ce qui s’est passé ensuite: en Italie, en Espagne et partout ailleurs, la corruption a pris le pas. La chose est toutefois la plus évidente en Sicile, où plusieurs familles italiennes du crime officient.

« Environ un tiers des 30 parcs éoliens de l’île, ainsi que plusieurs centrales solaires, ont été saisis par les autorités », signale Anthony Faiola, 2 milliards de dollars supplémentaires d’actifs étant en outre gelés.

Alors que l’Italie tente de se remettre d’une crise économique de grande ampleur, de telles révélations ne vont pas contribuer à attirer les investissements dont le pays a besoin pour rebondir. Si elle veut connaître la réussite économique, l’Italie ferait bien de botter la corruption hors de ses frontières.

Image: Wikimedia

À lire aussi

Le contrôle des armes aux États-Unis, un débat brûlant – 17 janvier 2013

Un ex-cadre de Microsoft passe à la marijuana haut de gamme – 5 décembre 2012

Le radar polonais ISKIP détecte les voitures volées et pèse les véhicules – 4 octobre 2012

Au Brésil, les données ouvertes pour prévenir la corruption publique – 28 septembre 2012

La fraude sur les quotas de CO2 a coûté 5 milliards d’euros à l’Union européenne – 14 février 2012

Mots-clefs :, , ,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite