Le gouvernement veut relancer le solaire photovoltaïque | SmartPlanet.fr

Le gouvernement veut relancer le solaire photovoltaïque

Par Thierry Noisette | 7 janvier 2013 | 0 commentaire

La ministre Delphine Batho a annoncé un plan de doublement de l’installation de nouvelles productions et veut promouvoir un « patriotisme écologique ».

En visite ce lundi chez le fabricant de cellules photovoltaïques MPO, en Mayenne, la ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie a présenté un plan de mesures d’urgence pour relancer la filière photovoltaïque française.

Leur objectif est de faire passer le développement annuel à 1.000 mégawatts au moins par an, contre 500 MW visés auparavant. Delphine Batho indique comme double objectif « réorienter la politique de soutien vers la mise en place d’une filière industrielle durable créatrice de valeur ajoutée sur le territoire national, permettant de réduire le déficit commercial du secteur solaire qui est estimé à 1,35 milliard d’euros en 2011; et s’inscrire dans la perspective du ‘patriotisme écologique’ pour que le développement des énergies renouvelables soit un facteur de compétitivité et de créations d’emplois.

Le ministère estime que « l’ensemble de ces mesures génèrera des investissements de plus de 2 milliards d’euros et permettra la création ou le maintien d’environ 10.000 emplois. Leur coût annuel pour la collectivité est maîtrisé et estimé entre 90 et 170 millions d’euros, soit environ 1 euro à 2 euros par an en moyenne par ménage. »

Dans le détail, par types d’installations:

Grandes installations (plus de 250 kW de puissance): le prochain appel d’offres, dont les conditions ont été transmises à la Commission de régulation de l’énergie (CRE), aura un volume de 400 MW, destiné à parts égales aux technologies innovantes (photovoltaïque à concentration et photovoltaïque avec suivi du soleil) et aux technologies matures sur ombrières et sur toitures.

Pour les centrales au sol, « l’appel d’offres privilégiera le développement sur des sites dégradés (friches industrielles, anciennes carrières ou décharges etc.) pour éviter les conflits d’usage notamment avec les terres agricoles. »

« L’appel d’offres valorisera la compétitivité-coût des projets proposés, mais aussi leur contribution à la protection de l’environnement et du climat ainsi qu’à la recherche, au développement et à l’innovation. Ces critères ont vocation à soutenir la filière solaire française dans un contexte de concurrence déloyale. » Rappelons que deux procédures ont été ouvertes au niveau de l’Union européenne contre le solaire chinois, en septembre et novembre 2012, sur le dumping et sur les subventions.

Un second appel d’offres sera lancé au cours de l’année 2013, « ciblant notamment d’autres technologies innovantes dans le domaine solaire ».

Évaluation CO2 du processus de fabrication

Installations de taille moyenne: l’appel d’offres automatique dédié aux installations sur toiture de  100 à 250 kW « sera poursuivi avec des conditions améliorées pour un volume global de 120 MW sur un an, répartis en trois tranches de 40 mégawatts. Outre le prix, l’appel d’offres accordera désormais une attention particulière à la contribution des projets à la protection du climat en intégrant un critère d’évaluation carbone du processus de fabrication des modules photovoltaïques » (critère qui devrait défavoriser les produits chinois, fabriqués avec de l’électricité plus « carbonée » qu’en France, et acheminés sur des milliers de kilomètres).

Petites installations sur toiture (jusqu’à 100 kW): les volumes cibles sont doublés (de 200 à 400 MW par an) et le tarif d’achat est bonifié (jusqu’à 10%) en fonction du lieu de fabrication des modules PV.

Les tarifs d’intégration simplifiée au bâti seront augmentés de 5%. Le tarif T5 dédié aux autres installations sera quant à lui baissé de 20% « mais également assorti de la bonification d’au plus 10%, afin de privilégier le développement des installations créatrices d’innovation et de développement local ».

Le ministère annonce qu’un répertoire des entreprises industrielles de la filière photovoltaïque française sera mis en ligne le 1er février pour faciliter l’information du grand public.

Son communiqué affirme que « le débat national sur la transition énergétique permettra de définir un cadre prévisible, stable et durable pour le développement de l’énergie solaire et des autres énergies renouvelables dans la perspective de l’objectif fixé par le Président de la République à l’horizon 2025 ».

Les professionnels plutôt satisfaits

Du côté des professionnels, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) réagit ce soir aux annonces ministérielles, se réjouissant de ces « premières mesures concrètes en faveur de la filière photovoltaïque, depuis plus de deux ans ». Mais il indique que les adhérents de SER-Soler, sa branche PV, « regrettent néanmoins la baisse de 20%, qui plus est, rétroactive, au 1er octobre 2012, du tarif T5 auquel sont éligibles, en particulier, les centrales au sol. Ce caractère rétroactif constitue un préjudice pour les entreprises qui se sont positionnées sur ce segment de marché. »

Arnaud Mine, président de SER-Soler, déclare cependant que ces mesures « permettront à l’outil industriel de traverser la période à venir jusqu’aux conclusions du débat sur la transition énergétique dont nous espérons qu’elles fixeront un cap ambitieux à la filière photovoltaïque française ».

Arnaud Mine a pointé, dans Le Monde, le problème que constitue l’obligation de raccorder les installations au réseau via Electricité réseau distribution France (ERDF) et le Réseau du transport de l’électricité (RTE) : « On nous dit que l’électricité photovoltaïque est trop chère, mais on ne peut comparer ce qui est produit sur un toit et qui a vocation à être consommé 2 mètres en dessous et l’électricité d’une centrale nucléaire livrée à des centaines de kilomètres », a déclaré le président de SER-Soler au Monde.

Delphine Batho se dit consciente du problème. « C’est un sujet important du débat sur la transition énergétique : la possibilité de consommer localement son électricité pour soulager sa facture d’électricité. »

À lire aussi

Énergies renouvelables: bon bilan environnemental du solaire PV, fusion de prestataires météo, stockage électrique en bord de mer, dumping chinois – 11 décembre 2012

Thierry Lepercq: l’énergie solaire, « un antidote au déni » – 23 novembre 2012

Solaire chinois: la Commission européenne ouvre une enquête sur les subventions aux panneaux photovoltaïques – 8 novembre 2012

Solaire chinois: plainte contre les subventions, devant la Commission européenne – 26 septembre 2012

Politique énergétique, gaz de schiste, renouvelables: commentaires de Batho et de Montebourg – 18 septembre 2012

Le tribunal de commerce confie la reprise de Photowatt à EDF – 27 février 2012

Mots-clefs :, , ,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite