Pour Orange, les smart cities sont stratégiques | SmartPlanet.fr

Pour Orange, les smart cities sont stratégiques

Par Thierry Noisette | 8 juillet 2013 | 0 commentaire

Déploiement de compteurs communicants avec m2oCity, partenariat avec Streetline dans les stationnements intelligents, smart grids, wi-fi en train et en bus, informations des citoyens et des touristes… Orange a dressé le panorama de ses nombreux projets et actions dans les villes intelligentes.

Orange avait annoncé en octobre 2011 la nomination de Nathalie Leboucher au poste de directrice Smart Cities, indiquant que ce secteur est un des six programmes stratégiques de l’entreprise. Où en est l’entreprise depuis sur ce vaste domaine dont IBM a fait depuis plusieurs années une de ses priorités? Ce lundi, sa directrice Smart Cities a présenté les nombreux aspects de la question et une sélection de contrats en cours ou à venir d’Orange dans ce secteur, lors d’une conférence de presse au siège de l’ex-France Télécom.

Nathalie Leboucher

Définissant la smart city comme « une ville qui met le numérique au service de son développement », Nathalie Leboucher a noté en préambule que « les technologies numériques ont un apport important mais ne prétendent pas résoudre par elles-mêmes tous les problèmes de la ville ». Mais si elles ne sont pas omnipotentes, les technologies de l’information ne sont pas loin d’être omniprésentes, tant elles s’immiscent dans de multiples domaines.

« Cinquième SSII en France »

Et pour Orange, « les smart cities sont un relais de croissance stratégique », d’autant qu’en parallèle, on voit de plus en plus de villes qui nomment un responsable dédié, et que « tous les acteurs » comme Veolia, GDF, la RATP, la SNCF, ADP, les opérateurs de télécoms, etc. « se positionnent et sont amenés à parler entre eux ».

Pour Orange, qui égrène ses atouts – « cinquième SSII en France », fortes positions dans les télécoms comme dans la recherche (5.000 chercheurs, réseau mondial de 18 Orange Labs),  partenariats historiques avec les collectivités locales en France, acteur clé du M2M (machine-to-machine) etc. -, « l’enjeu est de passer de l’innovation à la commercialisation et à l’industrialisation des services ».

Les cinq axes de développement de l’entreprise dans ce domaine des villes intelligentes sont:

- Améliorer la mobilité en ville et rendre le trafic plus fluide avec la voiture connectée.

- Favoriser l’usage des transports collectifs.

- Smart grids: accompagner les distributeurs pour une meilleure gestion de l’énergie.

- Développer des services pour améliorer le quotidien des citoyens et des touristes.

- Smart Buildings: soutenir le développement des bâtiments intelligents au service de la ville de demain.

Tout cela soit seul, soit en partenariat avec d’autres entreprises, expose Nathalie Leboucher: « Nous nous sommes dit que nous n’étions pas légitimes par rapport à certains secteurs, par exemple l’eau, l’énergie, les transports », d’où la volonté de travailler avec des acteurs complémentaires.

700.000 compteurs d’eau communicants installés

Parmi les nombreux exemples cités ce matin, figure en bonne place m2ocity, la coentreprise créée en mars 2011 avec Veolia Environnement. Elle compte maintenant 700.000 compteurs d’eau installés, dont 100.000 pour la CODAH (Le Havre), régie qui a adopté les compteurs intelligents pour sa télérelève, et 300.000 en Ile-de-France (SEDIF).

L’objectif de m2ocity est de parvenir à 5 millions de compteurs à eau d’ici 2020. Pour l’heure, « c’est le plus gros parc de compteurs intelligents déployé en France », estime la directrice Smart Cities, en attendant que les parcs de Linky pour l’électrique et de Gazpar pour le gaz prennent la tête (respectivement 35 millions et 11 millions de compteurs communicants prévus).

Stationnement intelligent: alliance avec Streetline

La directrice Smart Cities a annoncé ce lundi l’association signée en mai d’Orange Business Services et de la start-up californienne Streetline dans les services de « stationnement intelligent » en France. « Avec un parc de 1,3 million de places régulées en France, le marché du stationnement intelligent est très prometteur », estime Nathalie Leboucher. Le système de Streetline repose sur des capteurs pour chaque place de stationnement, en voirie ou en parking, identifiant et signalant aux automobilistes les places disponibles. « Nous finalisons les discussions avec une première ville en France », pour 300 places sur 2.500 dans le cœur historique de cette cité.

Streetline a déjà déployé ses solutions dans une vingtaine de villes aux Etats-Unis (dont 9.000 places à Los Angeles), Manchester et Birmingham en Grande-Bretagne et à Braunschweig en Allemagne. Le surcoût d’installation par place « est de moins de 5% » pour la ville ou l’exploitant du parking, « ce qui peut être financé par des services annexes ».

Wi-Fi dans les autobus de Nantes

Parmi les contrats locaux, Nathalie Leboucher a cité Nantes, où les bus, exploités par Keolis Atlantique, auront une connexion Wi-Fi à partir du 1er septembre 2013, avec une carte Sim 4G Orange embarquée.

Elle a rappelé qu’Orange a déployé du Wi-Fi depuis fin 2010 sur les 52 rames du TGV Est; l’entreprise est naturellement candidate au déploiement généralisé d’ici trois ans annoncé par Fleur Pellerin vendredi 5 juillet.

Autre service, cette fois pour la Compagnie des transports strasbourgeois (CTS): une solution d’e-ticketing pour souscrire au service, acheter un titre de transport et le valider à partir d’un smartphone NFC est maintenant déployée.

« Assistant personnel au citoyen » étrenné à Bordeaux

Autre projet local, celui de Bordeaux, où Orange va mettre en œuvre pour la première fois son application en marque blanche « Ma ville dans ma poche ». Prévue pour le 1er trimestre 2014, Bordeaux en poche sera « un assistant personnel au citoyen » donnant accès aux services municipaux (pour les mobiles NFC – 3,7 millions actuellement en France) et à terme permettant aussi l’achat de services.

« Ça a l’avantage de ne pas être extrêmement coûteux ["quelques centaines de milliers d’euros", nous a précisé Nathalie Leboucher] et ça peut donc être utilisé aussi dans des métropoles moyennes. » Une quinzaine de villes ont déjà fait des demandes.

Sur la Côte d’Azur, Orange a développé avec Thales Alenia Space et le BRGM un portail de gestion des risques naturels, pour le conseil général des Alpes-Maritimes. Ce portail, CEMER, croise les facteurs temporels et géographiques des risques naturels et doit améliorer l’information et la coordination des services de la préfecture. Il sera mis en service cet été.

A l’international, Orange s’intéresse tout particulièrement au Moyen-Orient et aux pays du Golfe.  On y voit arriver de nouvelles villes, de nouveaux quartiers, et comme il ne s’agit plus d’améliorer l’existant, « on part d’une page blanche et on peut être partie prenante dès le schéma directeur ».

Parmi les annonces de ce lundi, à noter enfin une nouvelle à suspense: côté voiture connectée, un accord a été signé avec « un grand constructeur automobile » pour équiper 5 millions de véhicules d’ici 2016; et un second accord est en cours de finalisation avec un autre constructeur, sans que les noms soient dévoilés pour l’heure. D’ici 2015, si les propositions de la Commission européenne sont adoptées, toutes les voitures particulières et tous les véhicules utilitaires légers neufs devront être équipés du système eCall d’appel automatique aux urgences.

À lire aussi

Villes intelligentes: pour les Français, la sécurité et l’accessibilité aux transports priment – 27 juin 2013

Nice et Cisco inaugurent le « premier boulevard connecté », laboratoire urbain de l’Internet des objets – 18 juin 2013

Nice Park, un stationnement « intelligent » pour économiser du temps et de la pollution – 22 mars 2013

Pour Veolia Transdev et IBM, « des transports plus intelligents sont possibles » – 28 juin 2012

Orange: Nathalie Leboucher nommée directrice Smart Cities – 6 octobre 2011

Télérelevé de compteurs: Veolia Eau et Orange créent m2o city – 29 mars 2011

Mots-clefs :, , , ,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite