Bill Clinton: pour limiter les gaz à effet de serre, ciblez le méthane | SmartPlanet.fr

Bill Clinton: pour limiter les gaz à effet de serre, ciblez le méthane

Par Andrew Nusca | 11 juillet 2011 | 1 commentaire

(vidéo) Pour l’ancien président des États-Unis, les villes et la Banque mondiale devraient mettre l’accent sur le méthane, qui est 25 fois pire que le dioxyde de carbone, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

S’exprimant depuis São Paulo, au Brésil, lors de la réunion du C40 des maires des plus grandes villes du monde, le mois dernier, Bill Clinton a déclaré que le méthane, que l’on trouve principalement dans les décharges, est le gaz le plus facile à cibler qui peut avoir l’impact immédiat le plus fort sur la diminution du réchauffement dû aux gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

Pourquoi? Parce qu’il est moins coûteux, plus rapide et plus facile en réglementation de mettre l’accent sur des gaz autres que le dioxyde de carbone, affirme Clinton.

« Le financement n’était pas disponible pour ces aspects parce qu’ils étaient considérés comme des horreurs, et non comme des mines d’or », a souligné Clinton. « Le financement de la Banque mondiale [6,4 milliards de dollars] peut nous donner la chance de faire quelque chose d’historique. »

Le méthane est l’un des six gaz couverts par le protocole de Kyoto de 1997; il est produit par diverses sources, depuis les déchets ménagers jusqu’à la combustion du charbon, en passant par le bétail.

L’espoir est que la Banque mondiale puisse jouer un rôle central dans la rationalisation du processus d’application des projets climatiques. Elle commence par ses fonds spécialisés, qui pourraient contribuer à alimenter l’investissement privé.

Bloomberg rapporte ainsi:

L’accord de la Banque mondiale avec le C40 donnera aux villes un accès en « guichet unique » pour recevoir un financement via des fonds d’investissement pour le climat, créés il y a trois ans, et en fournissant l’expertise technique pour les programmes climatiques, explique Robert Zoellick.

« Pour un trop grand nombre de personnes vivant dans des villes, les inondations et glissements de terrain fréquents sont déjà une réalité », rappelle Robert Zoellick. « Le changement climatique va empirer les choses. Nous devons mettre les villes en première ligne du combat pour s’adapter. »

Est-ce le moyen le plus intelligent d’inverser l’impact de l’être humain sur l’atmosphère? On le dirait bien. Reste à savoir si nous n’échangeons pas un épouvantail bureaucratique pour un autre.

Voici la première moitié du discours de Bill Clinton:

Image de prévisualisation YouTube

Et la seconde:

Image de prévisualisation YouTube

A lire aussi

Les énergies renouvelables dépassent le nucléaire aux Etats-Unis – 8 juillet 2011

Réchauffement: le Crédit Agricole, Danone, Schneider Electric et la CDC créent un fonds de compensation carbone – 7 juillet 2011

Le gouvernement américain soutient fortement les énergies renouvelables – 27 juin 2011

Réchauffement climatique : record d’émissions de CO2 en 2010 – 30 mai 2011

Barack Obama veut réduire d’un tiers en 10 ans les importations de pétrole – 29 avril 2011

Le Pentagone s’intéresse au gaz de décharge pour l’énergie renouvelable – 29 mars 2011

http://www.smartplanet.com/blog/smart-takes/clinton-to-curb-greenhouse-gases-focus-on-methane/16708

By Andrew Nusca | June 2, 2011, 2:13 PM PDT

Bill Clinton:pour limiter les gaz à effet de serre, ciblez le méthane

L’ancien président des États-Unis Bill Clinton a déclaré que les villes et la Banque mondiale devaient mettre l’accent sur le méthane, qui est 25 fois pire que le dioxyde de carbone, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

S’exprimant depuis São Paulo, au Brésil, lors de la réunion du C40 des maires des plus grandes villes du monde, le mois dernier, Bill Clinton a déclaré que le méthane, que l’on trouve principalement dans les décharges, est le gaz le plus facile à cibler qui peut avoir l’impact immédiat le plus fort sur la diminution du réchauffement dû aux gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

Pourquoi?Parce qu’il est moins coûteux, plus rapide et plus facile en réglementation de mettre l’accent sur des gaz autres que le dioxyde de carbone, affirme Clinton.

« Le financement n’était pas disponible pour ces aspects parce qu’ils étaient considérés comme des horreurs, et non comme des mines d’or », a souligné Clinton.« Le financement de la Banque mondiale [6,4 milliards de dollars] peut nous donner la chance de faire quelque chose d’historique. »

Le méthane est l’un des six gaz couverts par le protocole de Kyoto de 1997; il est produit par diverses sources, depuis les déchets ménagers jusqu’à la combustion du charbon, en passant par le bétail.

L’espoir est que la Banque mondiale puisse jouer un rôle central dans la rationalisation du processus d’application des projets climatiques.Elle commence par ses fonds spécialisés, qui pourraient contribuer à alimenter l’investissement privé.

Bloomberg rapporte ainsi:

L’accord de la Banque mondiale avec le C40 donnera aux villes un accès en « guichet unique » pour recevoir un financement via des fonds d’investissement pour le climat, créés il y a trois ans, et en fournissant l’expertise technique pour les programmes climatiques, explique Robert Zoellick.

« Pour un trop grand nombre de personnes vivant dans des villes, les inondations et glissements de terrain fréquents sont déjà une réalité », rappelle Robert Zoellick.« Le changement climatique va empirer les choses.Nous devons mettre les villes en première ligne du combat pour s’adapter. »

Est-ce le moyen le plus intelligent d’inverser l’impact de l’être humain sur l’atmosphère?On le dirait bien.Reste à savoir si nous n’échangeons pas un épouvantail bureaucratique pour un autre.

Voici la première moitié du discours de Bill Clinton:

Et la seconde:

VIDEOS

A lire aussi

LIENS SP

Mots-clefs :, ,

 
Reply to Story

SmartPlanet TalkbackPartagez vos idées et votre expertise sur ce sujet

S'inscrire à cette discussion via RSS

  • 1

    Gagar

    19 août 2011

    D’après le graphique que vous trouverez au lien suivant, même
    s’il est connu que le méthane est 25 plus dangereux, il reste
    largement minoritaire par rapport au CO2, en eq CO2 bien
    entendu (pour faciliter la comparaison). 8ème graphique de la
    page suivante où il est mentionné que le CO2 vaut 36 là où le
    méthane (CH4) vaut 8. Donc je ne vois pas en quoi le méthane
    serait une priorité, même si c’est un sujet non négligeable. Ce
    n’est pas parce que c’est douloureux (encore que ça reste à
    prouver et que ça ne concerne que 10% de la population
    mondiale), qu’il ne faut pas y toucher. Cordialement.
    http://www.manicore.com/documentation/serre/GES.html

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite