Jean Jouzel: agir maintenant sur le climat pour ne pas le faire dans la panique dans quelques décennies | SmartPlanet.fr

Jean Jouzel: agir maintenant sur le climat pour ne pas le faire dans la panique dans quelques décennies

Par la rédaction | 20 novembre 2012 | 1 commentaire

Revue de web: le climatologue, qui fait partie du groupe d’animation du débat sur la transition énergétique, met en garde sur l’évolution extrême du changement climatique si des mesures ne sont pas prises rapidement. Renoncer aux hydrocarbures non conventionnels et développer les ENR font partie des voies à suivre.

Jean Jouzel

Le climatologue Jean Jouzel, vice-président du groupe scientifique du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), est interviewé par Le Monde, à la suite de la publication avant-hier du rapport alarmant de la Banque mondiale sur le réchauffement climatique.

Pour lui, « en l’absence de décisions politiques pour infléchir nos émissions de CO2, il [le changement climatique] risque de nous entraîner vers des valeurs extrêmes de + 6 °C d’ici la fin du siècle ».

« Pour donner un ordre de grandeur, on considère que les changements glaciaires et interglaciaires dans l’histoire de la Terre ont été provoqués par un changement de température situé autour de 6 °C. Il en résultera une élévation du niveau des mers de 50 cm à 1 mètre, entraînant le déplacement de millions de personnes (…)

Surtout, le réchauffement se poursuivra au-delà de 2100. Avec cette trajectoire, on pourrait atteindre + 8 °C à + 10 °C en 2300. Des scénarios totalement inenvisageables commencent ainsi à émerger. »

Jean Jouzel est un des membres choisis par le gouvernement pour le comité de pilotage du débat sur la transition énergétique. À la question sur les solutions, ses réponses portent justement sur les énergies:

« Les solutions sont connues: diviser fortement les émissions du secteur des énergies fossiles, ce qui implique de ne pas poursuivre dans le développement massif des hydrocarbures non conventionnels comme les huiles et gaz de schiste, développer les énergies renouvelables pour fournir jusqu’à 50% de l’énergie d’ici 2050, gagner en efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment, favoriser les transports en commun ou encore limiter les émissions de méthane du secteur agricole. Ce sont des voies à mettre en œuvre aujourd’hui de façon volontariste pour éviter de le faire de manière contrainte et dans la panique dans quelques décennies. »

Source: « La planète aura beaucoup de mal à soutenir un réchauffement de 4°C » – Le Monde

Photo: Siren-Com via Wikipédia, sous licence Creative Commons CC by-sa

À lire aussi

La Banque mondiale met en garde contre la catastrophe du réchauffement climatique – 19 novembre 2012

Six personnalités contrastées pour piloter le débat sur l’énergie – 12 novembre 2012

Climate-Adapt, un web européen sur le réchauffement climatique – 27 mars 2012

La Nasa illustre le réchauffement climatique de 1880 à 2011 – 25 janvier 2012

Réchauffement: toujours plus de gaz à effet de serre concentrés dans l’atmosphère – 21 novembre 2011

L’humanité épuise les ressources naturelles et doit changer de modèle, avertit l’Onu – 13 mai 2011

Mots-clefs :, , , ,

 
Reply to Story

SmartPlanet TalkbackPartagez vos idées et votre expertise sur ce sujet

S'inscrire à cette discussion via RSS

  • 1

    Schauber

    20 novembre 2012

    alors que la température ne monte plus depuis 10-12 ans n’est-ce pas de la précipitation que de se lancer trop tôt ?
    Il y a tellement de malheurs dans le monde qu’il n’est pas nécessaire de s’en imaginer pour dépenser l’argent utilement.
    Mais les ressources en pétrole et gaz sont limitées me direz vous. Oui mais ça c’est un autre débat. A moins que les peurs répandues le sont pour nous vendre du nucléaire ou de nouveaux produits bancaires (droit démission carbone !!).

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite