Kansas City gagne de l’argent en utilisant les déchets de ses égouts | SmartPlanet.fr

Kansas City gagne de l’argent en utilisant les déchets de ses égouts

Par Tyler Falk | 3 janvier 2013 | 1 commentaire

La ville du Missouri utilise ses boues d’égout comme engrais pour des cultures vendues ensuite pour fabriquer des biocarburants. L’opération a transformé le coût du traitement des déchets humains en bénéfice.

Plaque d'égout de Kansas City

Lorsqu’elles nettoient leurs eaux usées dans des usines de traitement d’eau, les villes se retrouvent avec de l’eau propre et des boues d’égout remplies de déchets humains, de toxines et d’autres impuretés dont personne ne voudrait dans son eau. Kansas City [Missouri, Mid-Ouest des États-Unis] procédait comme les autres villes et les brûlait dans des incinérateurs, jusqu’à ce qu’elle réalise la valeur de ces boues.

Maintenant la ville les utilise comme engrais sur ses 542 hectares de cultures de maïs et de soja appartenant à la cité. Rassurez-vous, ces cultures ne sont pas utilisées pour l’alimentation humaine. Au lieu de cela, la ville vend les récoltes à des fabricants de biocarburants. Le processus est devenu rentable pour la ville, rapporte le Kansas City Star.

La partie ingénieuse de l’équation, c’est que Kansas City a gagné 2,1 millions de dollars [1,6 million d'euros, NDLR] de bénéfice net pendant les six dernières années, en faisant quelque chose qui avant coûtait de l’argent.
« C’est fantastique », dit Tammy Zborel, qui travaille avec un programme de développement durable pour la Ligue nationale des villes (National League of Cities).

« Ce n’est pas une pratique courante pour les villes de s’engager à ce niveau d’agriculture. »

La ville utlise toujours l’incinérateur pour une partie des boues d’égout, mais seulement pour une fraction de la quantité qu’elle emploie dans les champs. En 2011, 9,982 tonnes de boues ont été utilisées comme engrais, et 2,044 tonnes ont été incinérées.

Kansas City-owned farm turns human waste into revenue [Kansas City Star]

[merci à Grist]

Photo: pasa47 via Flickr, sous licence Creative Commons CC by

À lire aussi

Carrefour étrenne des camions au biométhane produit avec ses déchets – 14 novembre 2012

Chasses d’eau synchronisées contre la sécheresse au Zimbabwe – 24 septembre 2012

Les villes transformeront 260 millions de tonnes de déchets par an en énergie – 9 août 2012

Dépollution des sols: montée de la bioremédiation aux Etats-Unis – 20 juillet 2012

La fracturation hydraulique induit de nouvelles solutions de traitement de l’eau – 27 juin 2012

La chaleur des égouts récupérée pour des écoles et l’Élysée – 4 avril 2011

Mots-clefs :, , , , ,

 
Reply to Story

SmartPlanet TalkbackPartagez vos idées et votre expertise sur ce sujet

S'inscrire à cette discussion via RSS

  • 1

    Smart city

    4 janvier 2013

    Ce qui est intéressant également dans ce procédé, c’est la mise en
    avant du bio carburant.
    Indirectement, la ville a un impact sur 2 secteurs. Vu la somme
    gagnée, on pourrait se demander si une certaine chaîne ne serait
    pas née :

    déchet de l’homme alimentant un carburant moins polluant

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite