San Francisco veut pousser ses habitants au 100% énergie renouvelable | SmartPlanet.fr

San Francisco veut pousser ses habitants au 100% énergie renouvelable

Par la rédaction | 20 septembre 2012 | 0 commentaire

La moitié des habitants de la cité californienne pourront à partir du printemps 2013 être alimentés en électricité verte, par une inscription automatique auprès de Shell, si le vote municipal est confirmé.

par Tyler Falk

San Francisco a franchi une nouvelle étape vers la capacité d’offrir à ses habitants le choix de passer à 100% d’énergie renouvelable, après que le conseil du comté de la ville a voté (8 à 3) en faveur du programme qui conduirait à des réductions significatives des émissions de carbone.

CleanPowerSF, un programme de 19,5 millions de dollars géré par Shell Energy North America, sera proposé en option automatique à la moitié des habitants de San Francisco, et ils pourront s’ils le souhaitent s’en désengager (opt-out). C’est une façon détournée de donner le choix aux gens, mais ce programme de cinq ans aura besoin que 90.000 habitants sur 375.000 fassent la conversion aux ENR pour que le programme soit valable.

Si la ville réussit à obtenir des habitants qu’ils achètent via le programme, et qu’ils y restent, CleanPowerSF pourrait faire mieux que les efforts précédents pour réduire les émissions de CO2. Selon la ville, il y aurait une baisse dix fois plus grande que celle déjà obtenue jusqu’à présent dans la ville.

Le programme créera aussi de la concurrence pour Pacific Gas and Electricity Company (PG&E), qui exploite actuellement les services publics (énergétiques) de San Francisco. La ville est en mesure de procéder ainsi parce qu’une loi de 2002 de l’Etat de Californie permet aux municipalités de choisir leur fournisseur d’électricité. Un système d’agrégation choisi par la communauté (community-choice aggregation system), comme on l’appelle, est également disponible en Californie dans le comté de Marin.

Mais le choix et les réductions de CO2 auront un prix. Les habitants qui garderont le programme verront le coût de leur facture d’électricité grimper de 9 dollars (7 euros) par mois pendant que l’augmentation de l’offre commerciale sera d’environ 18 dollars par mois. Si les clients décident que c’est trop, alors San Francisco pourrait devoir à Shell jusqu’à 15 millions de dollars (11,6 millions d’euros). Si les habitants sont prêts à payer plus pour de l’électricité verte, la ville en bénéficiera et utilisera l’argent pour construire des installations d’énergie renouvelable lui appartenant.

C’est un risque que la ville semble prête à prendre. Cependant, le San Francisco Chronicle se montre sceptique dans un éditorial:

Il n’y a rien de mal à offrir de l’énergie renouvelable dans une ville qui s’enorgueillit de son bilan environnemental. S’il ne s’agissait que de l’offre des électrons de PG&E, cette alternative renouvelable engendrerait probablement une ruée.

Mais les détails de cet accord – un seul soumissionnaire, des subventions municipales et une inscription automatique – ne sont ni justes ni raisonnables. Il y a en plus la suite du chemin. Les bailleurs de fonds pour les ENR veulent clairement plus que le label vert. Si le plan se déroule bien, les habitants de San Francisco devraient se préparer pour un encore plus grand défi, reprendre la maîtrise des opérations à PG&E.

Le plan va maintenant passer au conseil municipal pour un vote. S’il est approuvé, il sera mis en place au printemps prochain. Ce sera ensuite aux habitants de décider si c’est ou non une bonne idée.

[Via SFist, Chronicle]

Photo: Bernard Gagnon via Wikipédia, sous licence Creative Commons CC by-sa

À lire aussi

Aux États-Unis, Coca, Google et San Francisco parmi les 20 leaders des énergies renouvelables sur site – 27 août 2012

À Alcatraz, un nouveau sens aux « cellules » solaires – 20 août 2012

Open data: un site américain facilite le partage des données des villes – 6 août 2012

La police de San Francisco s’équipe d’une application digne de Batman – 26 juillet 2012

Abandon d’une certification environnementale: Apple revient sur sa décision – 13 juillet 2012

Greenstart, incubateur de start-ups cleantech, ouvre à San Francisco – 26 septembre 2011

Mots-clefs :, , ,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite