Adapter les équipements hospitaliers pour des patients plus gros, un coût de plusieurs millions | SmartPlanet.fr

Adapter les équipements hospitaliers pour des patients plus gros, un coût de plusieurs millions

Par Janet Fang | 14 février 2013 | 1 commentaire

De nombreux ajustements sont entrepris dans des hôpitaux américains pour les mettre aux normes de patients en surpoids. Des investissements importants, mais qui profitent aussi aux autres malades.

Hôpitaux et médecins investissent pour adapter les équipements aux patients obèses: sièges de salle d’attente en fer forgé, fauteuils roulants et lits conçus pour supporter un poids plus important, ou encore toilettes montées au sol plutôt qu’au mur, rapporte l’Indianapolis Star.

La tendance a vu le jour il y a près de dix ans, lorsque les Américains ont commencé à prendre du poids et que la chirurgie bariatrique (visant à restreindre l’alimentation en cas d’obésité morbide) s’est popularisée. Au milieu des années 2000, les hôpitaux ont commencé à se moderniser pour s’adapter à ces patients, ce qui implique aussi bien des embrasures de porte plus larges que des chaises d’aisance plus grandes.

Plus d’un tiers des hôpitaux américains ont investi dans des rénovations pour s’adapter aux patients souffrant d’obésité ou d’obésité morbide. L’année dernière, certains hôpitaux ont dépensé pas moins de 5 millions de dollars pour se moderniser, à en croire le rapport Novation pour 2012, paru en décembre.

• L’hôpital Franciscan St. Francis Health d’Indianapolis s’est doté d’un scanner IRM de grand diamètre à ouverture plus large.

• L’IU Health Methodist a installé des lève-personne fixés au plafond pour faciliter le déplacement et le transfert des patients.

• Les chirurgiens de l’hôpital St. Vincent d’Indianapolis opèrent avec l’assistance de robots, ce qui entraîne un meilleur pronostic que les interventions ouvertes pour les patients en surpoids (il est plus difficile de prédire comment les patients atteints d’obésité morbide réagiront à l’anesthésie et au stress chirurgical). Un bras robotisé équipé d’une caméra à son extrémité permet au chirurgien de voir à l’intérieur du corps, ce qui entraîne une diminution des complications et un rétablissement plus rapide.

• D’autres facteurs ont été pris en compte : des étriers plus larges pour les opérations, des aiguilles plus longues pour délivrer les injections et du matériel chirurgical spécial pour explorer plus profondément la cavité abdominale du patient.

Les hôpitaux essaient d’apporter tous ces changements avec tact, en veillant à ne pas stigmatiser les patients obèses. Il s’avère que ces ajustements bénéficient également aux patients plus minces:

• Les détecteurs de veines peuvent repérer les veines chez les patients dont la masse graisseuse gène l’accès vasculaire, mais ils sont également utiles chez les patients dont les veines sont difficiles à trouver.

• Les scanners ont besoin d’ouvertures suffisamment larges et de tables suffisamment résistantes pour s’adapter aux patients en surpoids, mais ils peuvent également convenir aux patients souffrant de claustrophobie.

via Indianapolis Star

Image: Ari Bakker via Flickr, sous licence Creative Commons CC by

À lire aussi

Au régime? Voici la fourchette qui suit vos habitudes alimentaires – 18 janvier 2013

Bonne nouvelle pour les diabétiques: un indicateur de glycémie automatique sans fil – 24 janvier 2012

Chemise d’hôpital 2.0: un T-shirt « intelligent » pour suivre les patients – 5 octobre 2011

Un hôpital HQE inauguré à Alès – 1er septembre 2011

La télémédecine améliore les soins intensifs – 6 juin 2011

Quand les robots transforment la médecine – 26 mai 2011

Mots-clefs :,

 
Reply to Story

SmartPlanet TalkbackPartagez vos idées et votre expertise sur ce sujet

S'inscrire à cette discussion via RSS

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite