Agriculture: la Chine fait muter des graines dans l’espace | SmartPlanet.fr

Agriculture: la Chine fait muter des graines dans l’espace

Par la rédaction | 28 novembre 2012 | 0 commentaire

Des scientifiques chinois envoient des graines dans des satellites, puis étudient leurs mutations et sélectionnent les graines améliorées. Une technique largement développée depuis 1999, rapporte l’Adit avec l’ambassade de France.

Des graines dans l’espace pour mieux nourrir la Chine

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/71572.htm

Depuis près d’un quart de siècle, la Chine s’intéresse à la sélection d’espèces végétales issues de graines mutées à la suite d’un séjour dans l’espace. L’objectif est d’obtenir des rendements agricoles plus intéressants et mieux répondre in fine à la demande alimentaire de sa population.

Les graines transportées à bord des satellites expédiés dans l’espace subissent des mutations génétiques liées aux rayons cosmiques et à la microgravité. D’après Jiang Xingcun, chercheur à l’Académie des sciences de Chine, l’environnement spatial peut engendrer un taux de mutation 100 fois plus élevé que sur Terre. A la fin d’une mission spatiale, ces graines sont récupérées et seules celles dont les fruits montrent des améliorations en termes de taille, de goût, et en contenus vitaminé et minéral, sont sélectionnées pour être ensuite cultivées à grande échelle. Le développement d’une nouvelle variété ne nécessite en moyenne que 4 années, une durée plus courte comparé à l’agriculture traditionnelle.

Le premier envoi de graines dans l’espace a eu lieu en 1987, mais le premier vrai succès n’est survenu qu’en 1999 avec la création d’une nouvelle espèce de riz, Huahang-1, qui est dorénavant plantée sur plus de 160.000 hectares en Chine. Depuis 1999, des techniques similaires ont été appliquées sur d’autres sortes de fruits et de légumes comme les poivrons ou les concombres. Beaucoup ont été cultivés à partir d’un lot de 2000 graines envoyées à bord du satellite Shijian-8, qui a passé 15 jours en orbite autour de la Terre en 2006.

Grâce aux progrès accomplis par les chinois dans le domaine spatial, les graines de quelques 400 types de plantes ont été envoyées dans l’espace à bord de satellites et lors de missions spatiales. Les scientifiques chinois ont ainsi développé plus de 120 variétés de légumes : des poivrons, des aubergines, des tomates, des haricots, des concombres, etc.

Le tableau ci-dessous donne quelques exemples.

Exemples d’espèces envoyées au cours des missions spatiales
Crédits : Delphine Vilaysack

Au total, 22 provinces sont impliquées dans ces programmes d’expérimentations coordonnées par l’Académie des sciences de Chine (CAS). Il y aurait au moins 224 équipes de recherche dans divers instituts scientifiques en Chine. L’Académie des sciences agricoles de Guangdong (GAAS) est le principal institut test. Après un voyage dans l’espace, la GAAS a fait pousser des graines contenant trois fois plus de vitamine C que la normale. L’Institut de recherche a réussi à cultiver une nouvelle espèce de concombre de plus grande taille qui possède un meilleur goût et offre un meilleur rendement. En effet, près de 90.000 kilos de concombres peuvent être produits à partir d’un seul hectare, soit un rendement supérieur de 20%. Le plus gros concombre pèse 1,5 kilo. Les cerises et les tomates issues de ces expériences ont un taux de sucre supérieur de 13%, comparable à celui des oranges, tout en préservant le goût. Les tomates Taikong-6 sont plus nourrissantes que les variétés normales, parce qu’elles contiennent un niveau élevé de protéines. Les agriculteurs apprécient également les poivrons Hangjiao-5 pour leur croissance rapide et leur bon rendement.

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et l’Organisation mondiale de la santé auraient confirmé la sécurité sanitaire des aliments issus des graines mutées mais seule la Chine mène actuellement des recherches dans ce domaine. Les américains et les soviétiques à l’époque, ont arrêté leur programme. De nombreuses questions subsistent notamment sur la façon dont l’environnement spatial affecte vraiment les gènes. De plus, le coût important de cette technique reste un inconvénient majeur. En effet, comparé aux méthodes conventionnelles de culture, le coût est beaucoup plus important. Envoyer une graine dans l’espace coûterait 500 dollars sachant que 90% des graines ne seront pas conservées. Cette technique ne peut donc être une alternative unique et doit être utilisée en combinaison avec les méthodes traditionnelles.

La future station spatiale, qui sera assemblée autour de 2020, pourra servir de plateforme aux scientifiques pour développer et approfondir ces recherches.

Sources: – « Space-age food served up with seeds of success », China Daily (3/09/2012) [en anglais] http://www.chinadaily.com.cn/china/2012-09/03/content_15727380.htm
- http://www.theregister.co.uk/2012/09/04/china_veg_space_mutant_seeds/

Rédacteurs: Delphine Vilaysack, delphine.vilaysack@diplomatie.gouv.fr

BE Chine numéro 119 (27/11/2012) – Ambassade de France en Chine / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/71572.htm

À lire aussi

Biodiversité: OGM et Séralini, cloner des animaux disparus, récolte sans herbicide – 23 novembre 2012

Partenariat entre l’Europe et la Chine pour l’environnement, l’urbanisation et le climat – 24 septembre 2012

Catastrophes majeures: les opérateurs de satellite ouvrent leurs données – 21 septembre 2012

La Chine table sur l’efficacité énergétique, les véhicules électriques et les hybrides pour son industrie automobile - 20 septembre 2012

Biotechnologies, OGM: le Haut conseil a instruit plus de 3.000 dossiers depuis 2009 – 18 septembre 2012

L’Inde enverra une sonde vers Mars en 2013 – 24 août 2012

Mots-clefs :, , ,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite