Agro-alimentaire, viande industrielle, « scandale alimentaire qui s’annonce » | SmartPlanet.fr

Agro-alimentaire, viande industrielle, « scandale alimentaire qui s’annonce »

Par la rédaction | 26 février 2013 | 0 commentaire

Revue de web: au-delà des fraudes dites de la viande de cheval, c’est tout le fonctionnement de la chaîne agro-alimentaire qui pose question, estime le journaliste Fabrice Nicolino, qui en souligne les enjeux sanitaires.

« Que se passe-t-il dans l’univers de la viande industrielle », derrière l’affaire dite de la viande de cheval, qui révèle chaque jour davantage des malversations et pratiques illégales dans le secteur agro-alimentaire? Le journaliste et essayiste Fabrice Nicolino y consacre une tribune publiée dans Le Monde, qui cite plusieurs documents et études.

« La première, publiée en 2011, montre la présence dans le lait – de vache, de chèvre ou d’humain – d’anti-inflammatoires, de bêtabloquants, d’hormones et bien sûr d’antibiotiques. Le lait de vache contient le plus grand nombre de molécules.

La seconde, qui date de 2012, est encore plus saisissante. Une équipe de chercheurs a mis au point une technique de détection des résidus dans l’alimentation, en s’appuyant sur la chromatographie et la spectrométrie de masse.

Analysant des petits pots pour bébés contenant de la viande, ils y ont découvert des antibiotiques destinés aux animaux, comme la tilmicosine ou la spiramycine, mais aussi des antiparasitaires, comme le levamisole, ou encore des fongicides. »

Le journaliste souligne qu’aucune étude sur les effets de synergie de ces nombreux produits n’est menée, alors que des travaux récents remettent en cause le très ancien principe « La dose fait le poison ». « Le 3 août 2012, la revue PloS One publiait un travail sur les effets combinés de trois fongicides très employés dans l’agriculture. Leur association provoque des effets inattendus sur les cellules de notre système nerveux central », éventuellement cancérigènes, voire ouvrant la voie à des maladies neurodégénératives comme Parkinson, la sclérose en plaques ou Alzheimer.

« La connaissance bouscule les idées en apparence les plus solides. Le lourd dossier des perturbateurs endocriniens vient rebattre les cartes de manière spectaculaire.

En deux mots, ces substances chimiques imitent les hormones naturelles et désorientent des fonctions essentielles du corps humain, comme la reproduction ou la différenciation sexuelle.

Or les perturbateurs agissent à des doses si faibles que l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a pu conclure, dans un rapport de 2011, que les effets de l’un d’eux, le bisphénol A, étaient avérés à ‘des doses notablement inférieures aux doses de référence utilisées à des fins réglementaires’. »

« Quel rapport avec cette fraude géante appelée désormais ‘horsegate’? C’est on ne peut plus limpide: nul ne sait ce que contient réellement la viande industrielle. Et nul ne veut savoir. Dans la lutte contre l’orgie d’antibiotiques donnés au bétail, le ministère de l’agriculture apparaît comme un Janus biface. D’un côté, des promesses, et, de l’autre, l’inaction. (…) Aucune équipe gouvernementale, depuis cinquante ans, n’a osé ouvrir le dossier infernal de l’élevage industriel et de la folie des antibiotiques. Le moment est peut-être venu. »

Le scandale alimentaire qui s’annonce – Le Monde

À lire aussi

Émergence de potagers sur les toits à Pékin et Hong Kong – 17 janvier 2013

Biodiversité: OGM et Séralini, cloner des animaux disparus, récolte sans herbicide – 23 novembre 2012

La chaîne d’approvisionnement du porc en Chine plus intelligente grâce à des capteurs -  11 janvier 2012

De la viande synthétique bientôt dans les assiettes? – 6 septembre 2011

« Notre poison quotidien », un documentaire sur les produits chimiques dans l’alimentation – 14 mars 2011

Des savants américains veulent plus de contrôle des substances chimiques - 8 mars 2011

Mots-clefs :, , ,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite