Au combat, les soldats se tournent vers le cloud computing pour la traduction | SmartPlanet.fr

Au combat, les soldats se tournent vers le cloud computing pour la traduction

Par Andrew Nusca | 13 septembre 2011 | 0 commentaire

Le système LinGo Link de Lockheed Martin permet aux soldats d’être en communication avec des interprètes localement.

La traduction de langues étrangères est l’un des plus grands défis de la révolution des technologies numériques. Rien de bien surprenant, au fond: les langues évoluent sans cesse et ne répondent à aucune loi, une caractéristique peu conforme avec les principes mathématiques immuables des algorithmes informatiques. Le maillon faible? Les humains.

La traduction de langues étrangères est utile pour bien des choses, depuis les centres d’appels de service aux clients jusqu’aux réunions d’affaires transcontinentales, mais une application essentielle (et même vitale) est l’utilisation militaire sur le terrain.

C’est simple: quand tout le monde est armé et que personne ne comprend l’autre, le meilleur moyen de désamorcer la situation (sans mauvais jeu de mots) est de faire venir un traducteur.

Si l’armée américaine dépense des sommes considérables à entraîner des linguistes pour le champ de bataille (ainsi qu’à développer une technologie de traduction universelle que vous pouvez voir en action ici), il est sans doute préférable que ceux qui communiquent avec des mots restent éloignés de ceux qui communiquent avec des balles.

La réponse réside dans le cloud computing.

Lockheed Martin a annoncé récemment qu’il prévoit de déployer LinGO Link, un système de communications qui permet à un soldat d’établir la liaison avec un traducteur à la demande.

Sauf que le système n’établit pas la liaison avec Langley, en Virginie, mais plutôt avec un groupe d’interprètes locaux positionnés à proximité du front. Les demandes sont faites à l’aide d’un smartphone spécial fonctionnant sur un réseau de données propriétaire. C’est en réalité une conférence téléphonique à trois, un peu comme les travaux de traduction en temps réel aux réunions du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Voici comment le sous-traitant de la Défense résume le système en ses propres termes:

Le système LinGo Link utilise un modèle de prestation de services innovant pour connecter l’utilisateur à une banque d’interprètes dans un centre de services à distance au sein de la zone des opérations. Le système peut utiliser soit des services Wi-Fi ou cellulaires commerciaux, soit un réseau de communications tactique tel que le système haut débit MONAX de Lockheed Martin.

Lorsqu’une assistance est nécessaire, l’utilisateur établit un appel bicanal pour se connecter à un interprète qualifié. Équipés d’un smartphone et des périphériques mobiles de LinGo Link, les utilisateurs peuvent échanger des contenus (audio, vidéo, photos et texte) de grande qualité durant leurs conversations avec les interprètes. LinGo

Link permet également à l’interprète de souffler discrètement des informations de contexte et de culture qui vont au-delà des mots prononcés (dispensant des informations sur la culture, la sécurité, l’économie et les lois de la communauté) et améliorent la qualité de l’échange.

Le seul problème: les individus coûtent de l’argent, et si cette solution paraît moins chère que de déployer des traducteurs aux côtés des soldats sur le front, elle reste quand même plus onéreuse que les solutions technologiques automatisées (vous vous demandez combien? Un seul chiffre: 679 millions de dollars pour le travail en Afghanistan d’un sous-traitant basé dans l’Ohio).

Néanmoins, cette solution reste plus sécurisée que d’appeler un centre d’appels militaire aux États-Unis.

Message reçu?

À lire aussi

Une commande de dizaines de dirigeables cargos pour HAV – 25 août 2011

L’armée américaine teste l’usage de smartphones pour la guerre – 15 juillet 2011

Les chiens de guerre d’élite de l’armée américaine: crocs de titane et caméra infrarouge – 3 juin 2011

Des drones toujours plus nombreux – 26 avril 2011

Mots-clefs :,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite