Ce qu’il faut savoir sur l’appétit énergétique croissant des gadgets | SmartPlanet.fr

Ce qu’il faut savoir sur l’appétit énergétique croissant des gadgets

Par Martin LaMonica | 31 mai 2012 | 2 commentaires

La consommation d’énergie de la horde d’appareils électroniques grand public (PC, iPad, magnétoscopes numériques, etc.) explose, conséquence de notre style de vie connecté en permanence. Une meilleure efficacité et l’extinction des appareils peuvent améliorer la situation.

Ce commutateur Belkin constitue un moyen simple de couper l'alimentation dans la cuisine ou d'autres endroits faciles d'accès (crédit: Martin LaMonica/CNET)

Encore une chose pour laquelle vous pouvez remercier Steve Jobs: la hausse de votre facture d’électricité.

Un examen approfondi des données de l’Agence américaine pour l’information sur l’énergie (EIA) révèle ce que beaucoup d’entre nous savent intuitivement: l’explosion du nombre de téléviseurs et de gadgets informatiques a considérablement fait pencher la balance de l’électricité domestique au fil des ans.

Même le changement technologique rapide de la révolution internet n’est pas comparable au style de vie toujours connecté que nous avons fini par adopter avec les iPod, les livres numériques, les smartphones, les magnétoscopes numériques, etc. En 2001, les produits électroniques représentaient environ 7,2% de la consommation d’électricité domestique, chiffre qui aurait atteint 10,5% en 2009 (PDF), soit à peu près l’équivalent de ce qui est consommé par les réfrigérateurs et les lave-vaisselle. Ce chiffre de 2009 inclut uniquement les téléviseurs, les décodeurs, les PC et le matériel associé, si bien qu’il ne couvre pas l’ensemble des produits électroniques grand public, souligne un représentant de l’EIA.

Ce que réserve l’avenir? Qui dit plus de produits électroniques dit plus d’énergie. L’EIA prévoit que deux catégories figureront parmi les catégories de consommateurs d’électricité à la plus forte croissance (PDF) entre aujourd’hui et 2035: les PC et le matériel associé, d’une part, et les téléviseurs et décodeurs, d’autre part.

Pensez à la quantité de technologies numériques qui font désormais partie de votre vie. Au cours de l’existence d’une personne âgée de plus de 30 ans, la part de la consommation d’électricité par les appareils électroménagers et électroniques a quasiment doublé, représentant 31% de l’électricité domestique; l’augmentation du nombre de produits électroniques compense la diminution de la consommation énergétique par des appareils électroménagers plus économes.

Petite précision: cette statistique date de 2005, avant la sortie de l’iPhone, du Kindle, des tablettes numériques, des ordinateurs ultraportables et de la longue liste d’appareils numériques rechargeables que nous sommes nombreux à posséder aujourd’hui. Rien que pour le dernier trimestre fiscal, un analyste a estimé qu’Apple a vendu 31 millions d’iPhone et 12,5 millions d’iPad.

Si vous êtes un enfant du baby-boom ou un membre de la génération X, la « charge de branchement » lorsque vous étiez enfant regroupait probablement le téléviseur, la chaîne hi-fi (avec le tourne-disque!), les lampes et les grands appareils électroménagers. Avec la révolution du PC dans les années 1980, les ordinateurs ont commencé à envahir le domicile des particuliers, même si cette pénétration est restée marginale jusqu’à la fin des années 1990.

Ensuite, dans les années 2000, nous avons assisté à une rapide adoption des magnétoscopes numériques, d’un plus grand nombre de téléviseurs par foyer, des routeurs internet domestiques et de nombreux appareils électroniques rechargeables. En 2009, près de 58 millions de foyers américains possédaient entre un et trois appareils électroniques rechargeables.

Un rapport actualisé sur la consommation d’énergie résidentielle est attendu de la part de l’EAI, mais les chiffres révisés ne remonteront que jusqu’en 2009, soit avant l’avènement des smartphones 4G énergivores, de l’iPad et d’une liste d’appareils rechargeables qui ne cesse de s’allonger.

Soyez philosophe

Ainsi, les produits électroniques représentent une part conséquente de notre budget énergétique, rien que par le nombre d’appareils. Mais il existe des tendances positives en matière de gadgets électroniques et d’énergie.
En général, les ingénieurs améliorent l’efficacité énergétique des ordinateurs et des produits électroniques grand public. La consommation d’énergie moyenne des téléviseurs LCD à écran plat, par exemple, est passée d’environ 250 watts en moyenne entre 2005 et 2007 à près de 100 watts aujourd’hui, d’après la Consumer Electronics Association. La consommation en veille des téléviseurs a également diminué notablement ces dernières années.

Bien que les fabricants soient souvent opposés aux directives en matière d’efficacité, ce sont eux qui ont pris les devants concernant les performances de certains produits importants. La Commission de l’énergie de la Californie, qui a promulgué des directives en matière d’efficacité pour les téléviseurs et les principaux appareils électroménagers, tels que les réfrigérateurs, affirme que ses directives ont permis de stabiliser les niveaux d’électricité par habitant depuis 30 ans et d’économiser des milliards de dollars.

Une étude de l’université Carnegie Mellon publiée en avril met en avant un autre moyen d’économiser beaucoup d’énergie: l’extinction automatique des appareils inactifs. Elle a ainsi publié une analyse qui montre qu’un mode d’extinction automatique pour les consoles de jeu vidéo, qui pourrait être ajouté via une mise à jour du microprogramme, est le moyen le plus efficace de diminuer la consommation d’énergie.

Gouffres énergétiques insidieux

Des technologies encore plus sophistiquées sont aussi en cours de développement. Des chercheurs et entrepreneurs travaillent sur des outils de surveillance domestique qui détaillent le mode de consommation de l’électricité dans un foyer, fournissant des indices en vue d’utiliser les appareils électroménagers de manière plus rentable.

Toutefois, ce sont les appareils qui restent allumés en permanence qui sont les gouffres énergétiques les plus surprenants et insidieux. Et cela commence dans votre salon.

La consommation d’énergie moyenne des décodeurs et magnétoscopes numériques HD, à 446 kilowattheures par an, est supérieure à celle d’un réfrigérateur et plus du double de celle d’un téléviseur allumé cinq heures par jour ou d’un PC allumé huit heures par jour, d’après le Conseil pour la défense des ressources naturelles. Il estime que les décodeurs et magnétoscopes numériques coûtent aux consommateurs 2 milliards de dollars par an lorsqu’ils ne sont pas utilisés et consomment collectivement en une année autant que l’État du Maryland.

Consoles de jeu dévorantes

Les consoles de jeu présentent également un profil énergétique démesuré, car elles restent souvent allumées pendant de longues périodes. Les auteurs de l’étude de Carnegie Mellon estiment que la consommation d’électricité des consoles a augmenté de 50% entre 2007 et 2010, et représente aujourd’hui environ 1% de l’électricité domestique.

Il est tentant de croire au produit miracle qui mettra facilement les produits électroniques à la diette énergétique, un peu comme Nest Labs a réussi à transformer le plus ennuyeux des produits grand public (les thermostats programmables) en un appareil remarquable.

La technologie aidera très certainement, mais c’est aussi en très grande partie une question de changement de comportement. L’utilisation des modes d’économie d’énergie et l’extinction de vos appareils, qu’il s’agisse de votre Xbox ou de votre ordinateur portable, constituent le moyen le plus simple de faire baisser la partie de votre facture d’électricité qui concerne les appareils électroniques.

À lire aussi

Alex Knox (Dyson): « Les entreprises ne doivent pas avoir peur de se tromper » – 21 mai 2012

Bien choisir son éclairage, un guide pratique de l’Ademe – 23 mars 2012

Des éclairages intelligents économisent l’énergie sans changer les ampoules – 16 mars 2012

Un projet européen pour suivre sa consommation électrique sur TV, smartphone ou ordinateur – 20 février 2012

STMicroelectronics dope les mobiles à énergie solaire – 9 juin 2011

Une nanotechnologie prolonge l’autonomie des batteries pour smartphones, satellites et superordinateurs – 1er avril 2011

Mots-clefs :,

 
Reply to Story

SmartPlanet TalkbackPartagez vos idées et votre expertise sur ce sujet

S'inscrire à cette discussion via RSS

  • 1

    palk

    4 juin 2012

    C’est pour l’audience la référence à Steve Jobs?

    Sinon vous auriez pu louer la faible consommation de son Apple
    TV (6W max) ou de son Mac Mini (85W max)

    Ou le remercier pour nous éviter d’allumer un PC pour les
    emails, facebook.

    A l’inverse, vous auriez pu parler des TV HD Plasma Gouffres
    en énergie (près de 400W pour certaines). Mais, vu qu’elle ne
    sont pas produites par Apple, ca n’intéressera personne ?

  • 2

    locataires14

    25 octobre 2012

    Et combien consomme en un an une seule antenne relai et son armoire technique branchée 24h/24 et 7j/7 ? Rien qu’à Paris aujourd’hui, on en compte environ 2500…
    C’est rigolo, personne n’en parle jamais de ce gaspillage-là.

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite