Comment prévenir les morts prématurées liées aux émissions provenant des aéroports | SmartPlanet.fr

Comment prévenir les morts prématurées liées aux émissions provenant des aéroports

Par la rédaction | 7 novembre 2012 | 0 commentaire

Smart Data >>
Une étude britannique conclut qu’il vaudrait mieux pour la santé publique qu’Heathrow soit remplacé par un nouvel aéroport, et plus largement donne des pistes pour réduire la mortalité liée à la pollution des avions.

par Janet Fang

Au Royaume-Uni, la demande de voyages aériens fera plus que doubler d’ici 2030, passant de 127 à 300 millions de passagers par an. Les deux grandes propositions pour faire face à cette hausse de la demande consistent à ajouter une troisième piste d’atterrissage à l’aéroport londonien d’Heathrow, ou bien à remplacer Heathrow par un nouvel aéroport dans l’estuaire de la Tamise.

Une nouvelle étude évaluant l’impact de ces propositions sur la santé révèle que l’implantation d’une nouvelle plate-forme aéroportuaire dans l’estuaire de la Tamise pourrait s’avérer la meilleure option, selon MIT News.

« Heathrow se situe quasiment au pire endroit possible, car il est en plein milieu de cette région très peuplée et du côté exposé au vent », explique le coauteur de l’étude Steven Barrett, du MIT. La pollution d’un aéroport situé dans l’estuaire de la Tamise s’évacuerait quant à elle au-dessus de la mer du Nord.

50 morts prématurées par an

- L’étude a découvert que les émissions générées par l’aéroport sont à l’origine de 50 morts prématurées par an dans tout le Royaume-Uni.

- Si Heathrow ne subit aucune extension, le nombre de morts prématurées pourrait passer à 110 d’ici 2030, conséquence possible de l’extension des autres aéroports pour répondre à la demande croissante.

- Si les responsables décident d’étendre Heathrow, la pollution atmosphérique qui en découlera pourrait entraîner 150 morts prématurées par an.

- Un nouvel aéroport de remplacement dans l’estuaire de la Tamise ferait baisser ce nombre à 50, étant donné que les émissions qu’il générerait seraient évacuées loin des centres peuplés.

Ces résultats font partie d’une évaluation plus globale de l’impact sur la santé des 20 aéroports les plus fréquentés du Royaume-Uni. Pour déterminer le nombre de morts prématurées dues aux émissions générées par les aéroports, les auteurs ont procédé comme suit.

1. Ils ont suivi le nombre de vols au départ et à l’arrivée de chaque aéroport et obtenu des projections du nombre de vols attendus en 2030.

2. Ils ont estimé les émissions des avions et des véhicules d’aide au sol, et simulé la configuration des vents et d’autres conditions atmosphériques.

3. Ils ont ensuite intégré les données relatives aux émissions des avions dans le modèle pour voir si les vents charriaient la pollution, et ils ont simulé des réactions chimiques dans l’atmosphère pour comprendre la transformation des émissions en particules fines.

4. Puis, ils ont superposé les données relatives aux particules fines sur des cartes de la densité de population.

5. Enfin, ils ont appliqué des données antérieures sur le risque pour la santé sur leur carte des particules fines pour déterminer le nombre de morts prématurées causées par un scénario d’aéroport donné.

Les auteurs ont également découvert que le nombre de morts prématurées dans tous les scénarios diminuerait si les aéroports éliminaient le soufre du kérosène, utilisaient un moteur au lieu de deux pour la circulation des avions au sol, passaient à l’électrique pour les moyens de transport au sol, ou utilisaient l’air préconditionné des terminaux d’aéroport pour rafraîchir les cabines des avions lorsque leurs moteurs sont éteints.

Ces travaux [pdf] ont été publiés en octobre dans Atmospheric Environment.

Via MIT News

Photo: .curt. via Flickr, sous licence Creative Commons CC by

À lire aussi

Le Canada fait voler un avion à réaction entièrement au biocarburant - 6 novembre 2012

Une « aérotropole » de Floride parie sur les infrastructures intelligentes – 31 octobre 2012

Aéroport: de nouveaux scanners corporels moins intrusifs et plus rapides – 29 octobre 2012

Épidémies: New York, Los Angeles et Honolulu en tête des aéroports américains propagateurs – 10 août 2012

Voyageurs, une application smartphone pour connaître vos droits de passager – 4 juillet 2012

L’aéroport de San Francisco ouvre le terminal le plus vert des Etats-Unis – 6 avril 2011

Mots-clefs :, , , ,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite