Des étudiants ont détourné un drone espion américain | SmartPlanet.fr

Des étudiants ont détourné un drone espion américain

Par la rédaction | 31 juillet 2012 | 0 commentaire

(vidéo) Une équipe d’étudiants texans est parvenue à prendre le contrôle d’un avion sans pilote du gouvernement: la sécurité des drones, déjà en cause lors d’une capture en Iran, devient une préoccupation.

par Tuan C. Nguyen

Un sujet déjà controversé est sur le point de le devenir encore plus après qu’un groupe d’étudiants a réussi à pirater un drone de surveillance du gouvernement américain.

Menée par une équipe de l’université du Texas à Austin en collaboration avec le ministère de la Sécurité intérieure, l’expérience a utilisé une méthode appelée usurpation de GPS. Pour environ 1.000 dollars de matériel, les chercheurs ont réussi à « usurper » un récepteur GPS, à envoyer de faux signaux et à prendre le contrôle du drone. Pour montrer à quel point un drone détourné peut être dangereux, ils lui ont presque fait percuter le sol avant qu’un pilote de sécurité armé d’une radiocommande intervienne pour empêcher le drone de s’écraser.

La sécurité de la technologie d’avion sans pilote est un sujet préoccupant depuis que des responsables militaires ont découvert qu’un virus informatique avait infecté les systèmes servant à contrôler les drones Reaper et Predator. Ces craintes ont été exacerbées lorsque l’Iran a réussi à capturer l’avion de reconnaissance le plus sophistiqué de l’armée américaine, un RQ-170 Sentinel, en décembre dernier. On pense que les pirates ont abattu le drone en brouillant les signaux de navigation GPS.

L’usurpation de GPS, quant à elle, porte la menace à un niveau plus sophistiqué et dangereux, étant donné qu’un drone détourné peut être manipulé pour lancer des attaques ou dérober les informations collectées. C’est un peu la version robotisée d’une possession ou d’un contrôle de l’esprit.

Si les avions sans pilote, comme le Predator, ont révolutionné le monde de l’espionnage et de la lutte contre le terrorisme, ils posent également des problèmes potentiels en termes de sécurité et de responsabilité juridique. Certes, on leur doit d’avoir abattu des figures du terrorisme telles que le numéro deux d’Al-Qaïda Atiyah Abd al-Rahman et leur chef des opérations américain Anwar al-Awlaki. Sur le sol américain, il y a même eu des cas où les services de police ont recouru à leur aide pour mener à bien des enquêtes et des arrestations.

Toutefois, l’inquiétude porte essentiellement sur les cas où la technologie tomberait entre de mauvaises mains. Cinq mois après que l’Iran se soit emparé du Sentinel, on a appris que le gouvernement iranien avait trouvé un moyen de copier la technologie. Comme l’Administration fédérale de l’aviation (FAA) des États-Unis a décidé récemment d’ouvrir l’espace aérien américain aux drones commerciaux et opérés par le gouvernement d’ici trois ans, le risque de « repossession » est devenu la cause d’une préoccupation encore plus grande.

« Je crains qu’ils ne percutent d’autres avions », a confié à Fox News Todd Humphreys, professeur à la tête de l’équipe de pirates. « J’ai peur qu’ils ne percutent des bâtiments. Il pourrait y avoir des collisions dans les airs ainsi que des pertes humaines, aussi voulons-nous y remédier en prenant les devants. »

En attendant, le ministère de la Sécurité intérieure s’efforce de combler quelques-uns des trous béants dans la sécurité, et des expériences comme celle-ci aideront à exposer et corriger les problèmes avant qu’un incident désastreux ne se produise.

À lire aussi

OpenROV, un drone sous-marin pour l’exploration des mers – 31 juillet 2012

Les drones d’Aquitaine prêts à prendre leur envol – 5 juillet 2012

La Nasa étudie des ouragans avec des drones – 18 juin 2012

Des drones conçus pour la montagne et les avalanches – 5 mars 2012

Militants high-tech: des drones contre les chasseurs de baleines – 2 janvier 2012

Des drones toujours plus nombreux – 26 avril 2011

Mots-clefs :, , ,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite