Energie marine: EDF va tester une hydrolienne au large de Paimpol | SmartPlanet.fr

Energie marine: EDF va tester une hydrolienne au large de Paimpol

Par Thierry Noisette | 31 août 2011 | 2 commentaires

(vidéo) La turbine, de 16 m de diamètre, quitte le port de Brest pour être immergée deux mois à 35 m de fond. Son expérimentation est une étape clé d’un projet de 40 millions d’euros.
La captation des énergies marines commence à passer aux travaux pratiques en France: après les éoliennes en mer, pour lesquelles un appel d’offres a été lancé en juillet dernier, ce sont les hydroliennes, ces turbines utilisant l’énergie des marées, qui sortent du laboratoire.

Une turbine test quitte ce mercredi le port de Brest, où elle a été réalisée par DCNS, et est acheminée pour une immersion dans la Manche, au large de Paimpol (Côtes-d’Armor), d’ici environ huit-dix jours, nous indique EDF.

Le transport de ce prototype a nécessité la construction d’une barge sur mesure, de 58 mètres de long et 35 mètres de large. Cette barge a été construite par le chantier STX de Lorient. Elle emmène l’hydrolienne jusqu’au site d’expérimentation, où elle sera testée pendant environ deux mois pour être récupérée en octobre prochain.

Un parc de 2 MW fin 2012

L’installation avec la barge et les résultats des tests serviront ensuite pour l’installation du parc complet, de quatre hydroliennes, en 2012. Chacune ayant une puissance de 500 kW, la puissance totale du parc sera de 2 MW. Les hydroliennes seront implantées dans la zone de plus fort courant, à 35 mètres de profondeur environ.

Elles seront raccordées au réseau ERDF d’ici l’automne 2012, via un convertisseur sous-marin relié au réseau par un câble sous-marin de 15 km de long. Ces hydroliennes sont conçues par la société irlandaise OpenHydro, dans laquelle DCNS a pris en 2010 une participation de 8%.

La roue de la turbine est en fibre de verre et est évidée au centre, permettant le passage des poissons et mammifères marins. Les pales sont en résine. La machine est montée sur une structure métallique en forme de tripode.

Aucun forage nécessaire

Le convertisseur offshore est quant à lui fourni par Converteam. Egalement immergé, il contiendra 4 mètres cubes d’un liquide réfrigérant non toxique et biodégradable. Enfin le câble d’évacuation de l’énergie est fabriqué par Silec Câble – toutes ces composantes sont des prototypes.

L’installation ne doit pas donner lieu à un forage ou un ancrage, le poids des machines étant suffisant pour assurer leur stabilité, indique EDF.

Un futur site d’essai

Le projet, d’un budget total de 40 millions d’euros a été décidé en juillet 2008. Il est mené par EDF avec le soutien de la région Bretagne, de l’Ademe et de l’Union européenne via le Feder (Fonds européen de développement régional). Le projet est réalisé à 70% par des acteurs français, et la Bretagne bénéficie du quart des retombées économiques directes du projet.

Le parc hydrolien de Paimpol-Bréhat pourrait ensuite devenir un site d’essai pour tester d’autres technologies d’hydroliennes.

Sur la Toile

Parc hydrolien de Paimpol-Bréhat – présentation par EDF

À lire aussi

Eolien en mer: premier appel d’offres pour un demi-millier d’éoliennes – 12 juillet 2011

L’Allemagne investit dans l’éolien offshore pour préparer sa sortie du nucléaire – 7 juillet 2011

Energies marines: STX France soutenu par les Pays de la Loire – 18 mai 2011

DCNS et STX France s’associent dans les énergies marines renouvelables – 7 février 2011

Mots-clefs :,

 
Reply to Story

SmartPlanet TalkbackPartagez vos idées et votre expertise sur ce sujet

S'inscrire à cette discussion via RSS

  • 1

    starshiy

    31 août 2011

    L’expression « câble d’évacuation de l’énergie » est plus que curieux pour un dispositif dont le but premier est la production d’énergie … et non pas de se débarrasser d’un quelconque déchet

  • 2

    Franck

    5 septembre 2011

    Ce qui est surtout impressionnant c’est la capacité d’EDF à se
    diversifier sans aller jusqu’au bout des autres projets tant qu’il y a
    de l’argent à prendre. GDF-Suez a au moins la sagesse de rendre
    un projet viable sur le long terme.

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite