Eolien en mer: dix dossiers de candidature ont été déposés | SmartPlanet.fr

Eolien en mer: dix dossiers de candidature ont été déposés

Par Thierry Noisette | 12 janvier 2012 | 0 commentaire

EDF, GDF Suez et Iberdrola mènent les consortiums candidats aux parcs éoliens offshore, alliés pour la construction des turbines à Alstom ou Areva.

A la suite de l’appel d’offres lancé en juillet 2011, pour lequel la date limite était fixée au 11 janvier, dix dossiers de candidature ont été déposés à la Commission de régulation de l’énergie (CRE), ont annoncé les ministres de l’Ecologie, de l’Economie et de l’Industrie.

Ce premier appel d’offres (un second est prévu avant l’élection présidentielle, nous annonçait le 31 mai la ministre de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet) porte sur la construction et l’exploitation d’une capacité maximale de 3 GW dans cinq zones.

Cela correspond à 500 à 600 éoliennes. Selon les prévisions du Grenelle de l’environnement, l’énergie éolienne en mer, et plus généralement les énergies marines, contribueront à 3,5% de la consommation d’électricité pour alimenter plus de 4,5 millions de foyers. Cela implique la construction d’une capacité éolienne off-shore de 6 GW à l’horizon 2020, indique le gouvernement.

Selon le communiqué des trois ministres:

« L’aboutissement de cet appel d’offres se traduira par environ 10.000 emplois et 10 milliards d’euros d’investissement industriel. Il s’agit d’une opportunité unique pour l’industrie et les bassins d’emplois situés sur le littoral, en particulier le développement des activités portuaires et les chantiers navals.

Après une étape de levée des risques et confirmation des lauréats pour l’automne 2013, une montée en puissance progressive aboutira à la mise en service industrielle des installations de 2015 à 2018. »

Trois entreprises mènent les consortiums qui ont déposé la plupart des offres, récapitule Le Figaro:

  • EDF Énergies Nouvelles, allié au danois Dong Energy, à Nass & Wind, WPD Offshore et Poweo, avec Alstom comme fournisseur de turbine,
  • GDF Suez, avec Vinci, et pour les turbines Areva,
  • L’espagnol Iberdrola, avec Areva, Eole Res, Technip et Neoen Marine.

Cet appel d’offres a été critiqué par la fédération allemande des machines-outils (VDMA), qui s’inquiète d’une tentation de favoritisme dans l’attribution des marchés de l’éolien offshore aux groupes français, a déclaré un porte-parole de la VDMA à l’AFP.

Parallèlement, les anti-éoliens ont reçu le renfort d’un syndicat professionnel d’hôteliers-restaurateurs, l’Umih, qui craint un impact négatif sur le tourisme et parle d’une « véritable folie collective » mettant en péril « un million d’emplois » (reprenant les termes et le chiffre du PDG d’EDF, Henri Proglio, quand il s’alarme de tout projet de sortie du nucléaire; sûrement une coïncidence…).

À lire aussi

L’éolien bat un nouveau record de production en France – 9 janvier 2012

GDF Suez atteint 1.000 MW éoliens en exploitation en France – 4 janvier 2012

Fabrication d’éoliennes offshore: Alstom envisage deux sites - 4 novembre 2011

Areva installera deux usines d’éoliennes au Havre - 29 septembre 2011

Eolien offshore: EDF Energies Nouvelles et le danois DONG Energy s’associent – 4 juillet 2011

GDF Suez, Vinci et Areva s’allient dans l’éolien offshore - 19 mai 2011

Mots-clefs :,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite