Hirondelles et pigeons nous aident à mesurer la pollution | SmartPlanet.fr

Hirondelles et pigeons nous aident à mesurer la pollution

Par la rédaction | 23 novembre 2012 | 0 commentaire

Victimes en première ligne de la pollution de l’eau et de l’atmosphère, ces oiseaux servent de bio-indicateurs des polluants.

par Janet Fang

Hirondelle bicolore

Les oiseaux qui se nourrissent d’insectes éclos dans les cours d’eau ou les lacs peuvent aider à mesurer les efforts de dépollution. Malheureusement, leurs capacités comme bio-indicateurs de la pollution tiennent au fait que toute contamination dans les sédiments va inéluctablement faire son chemin dans les corps, les œufs et les petits de ces oiseaux, rapporte Nature.

Des produits chimiques toxiques appelés biphényles polychlorés (ou BPC, dits « pyralène ») sont apparues dans les œufs et les poussins de l’hirondelle bicolore (Tachycineta bicolor, voir photo) près d’une ancienne fabrique de condensateurs à l’aire protégée Crab Orchard National Wildlife Refuge, dans l’Illinois. Des quantités importantes ont encore été trouvées sept ans après le début des efforts d’assainissement, ce qui a amené à déplacer plus loin les sédiments.

Les hirondelles présentent une contamination hyper-localisée, car elles fourragent sur des petites distances, habituellement moins de 800 mètres de leurs nids. Et les chercheurs peuvent les attirer dans des zones intéressantes en plaçant des nichoirs sur des poteaux, ce qui permet de constituer des expériences reproductibles.

Pour surveiller la qualité de l’air, les chercheurs se tournent vers les pigeons voyageurs (Columbia livia domestica). Comme beaucoup de ces oiseaux sont gardés dans des lofts dans les villes, ils respirent l’air ambiant et sont exposés aux mêmes contaminants environnementaux que nous. Et contrairement aux oiseaux sauvages, les détails de leur vie sont bien connus.

À Pékin et Manille, des chercheurs ont constaté que les pigeons avaient des poumons noirs et des testicules gonflés, comparés à leurs congénères de villes moins polluées en Chine et aux Etats-Unis, où leurs organes sont beaucoup plus sains. En outre, les poumons et les foies des oiseaux de Pékin contiennent jusqu’à quatre fois plus d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (sous-produits de de combustion de carburants fossiles).

Une partie de ces résultats ont été présentés à la réunion annuelle de la Société de chimie et de toxicologie environnementales (Setac) à Long Beach, en Californie, la semaine dernière.

Via Nature News

Photo: Walter Siegmund, via Wikipédia, sous licence Creative Commons CC by-sa

À lire aussi

La Silicon Valley fait son miel de la défense des abeilles – 14 novembre 2012

La biodiversité des villes, c’est bon pour la santé, expose l’ONU – 23 octobre 2012

Éolien: la Chine en tête des nouvelles installations, nouveau navire pour Areva, divorce en France, haute altitude, oiseaux – 20 septembre 2012

Pour analyser air, bruit et trafic, l’Île-de-France s’équipe en stations de mesure – 11 septembre 2012

Espèce protégée: un projet photovoltaïque du Nord doit s’adapter à un hibou – 13 mars 2012

Bordeaux met des arbres et des oiseaux dans les smartphones – 28 mars 2011

Mots-clefs :, ,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite