La peur de la panne, angoisse plus répandue chez les conducteurs de voitures hybrides que d’électriques | SmartPlanet.fr

La peur de la panne, angoisse plus répandue chez les conducteurs de voitures hybrides que d’électriques

Par la rédaction | 31 octobre 2012 | 3 commentaires

L’examen des données de 6.000 conducteurs montre que les automobilistes ayant un véhicule hybride tendent à le recharger plus souvent que les propriétaires de voiture 100% électrique, par crainte d’une panne.

par Tyler Falk

Le New York Times nous présente une start-up qui cherche à améliorer considérablement l’infrastructure de chargement des voitures électriques à travers les États-Unis (voir l’article de SmartPlanet.com sur cette même société paru au début de l’année).

L’entreprise travaille sur son projet de 230 millions de dollars avec le soutien du ministère américain de l’Énergie, qui a déjà installé 13.000 bornes de chargement dans 21 métropoles américaines. Elle a également analysé l’équivalent de plus de 67 millions de kilomètres de données de 6.000 conducteurs (essentiellement) de Chevrolet Volt et de Nissan Leaf (en échange de l’utilisation de leurs données par l’entreprise, les conducteurs se voient offrir une borne de chargement domestique).

L’une des conclusions les plus intéressantes tirées de cette analyse concerne un phénomène baptisé « angoisse de la panne », autrement dit la crainte de ne plus avoir de batterie avant d’avoir atteint un endroit où la recharger.

Le constat surprenant, toutefois, est que les conducteurs de la Chevrolet Volt, une voiture hybride qui fonctionne à l’électricité ou à l’essence classique, ont une angoisse de la panne d’essence, autrement dit l’appréhension de devoir se rendre dans une station-essence. Les conducteurs de la Volt finissent même par recharger leur véhicule plus souvent que les conducteurs de la Leaf, qui fonctionne uniquement à l’électricité.

D’après les résultats, le conducteur type de la Leaf branche son véhicule une à 1,1 fois par jour, contre 1,5 fois par jour pour le conducteur de la Volt.

« Nous n’aurions jamais cru qu’une voiture hybride rechargeable ayant une autonomie électrique de 65 km serait rechargée plus souvent qu’une voiture 100% électrique », s’étonne Colin Read. « Ce n’est pas pour rien que vous payez un supplément pour avoir un moteur à essence. »

Au final, vous payez non seulement un supplément pour avoir un véhicule hybride, mais vous passez également davantage de temps à le recharger.

Voici d’autres conclusions intéressantes rapportées par le New York Times:

- Les conducteurs disposant de bornes de chargement chez eux les utilisent davantage que les bornes de chargement des commerces.

- Les deux types de conducteurs se rendent chez des commerçants trois fois plus souvent que le client moyen afin de recharger leur véhicule.

- Les clients qui rechargent leur véhicule s’attardent dans les magasins deux fois plus longtemps que le client moyen.

- En général, les conducteurs rechargent leur véhicule la nuit.

- Beaucoup laissent leur voiture branchée plus longtemps que nécessaire.

For Hybrid Drivers, a Gas Pump Allergy? [The New York Times]

Photo: NRMA New Cars via Flickr, sous licence Creative Commons CC by

À lire aussi

Joël de Rosnay: « La voiture électrique est une batterie sociétale mobile » – 26 septembre 2012

La Chine table sur l’efficacité énergétique, les véhicules électriques et les hybrides pour son industrie automobile - 20 septembre 2012

Cinq projets de déplacements innovants retenus par l’État vont être expérimentés – 6 septembre 2012

Japon: Toyota va tester une infrastructure de recharge de véhicules hybrides électriques – 4 septembre 2012

Recharge de voitures électriques: Hertz et IBM partenaires en Allemagne – 23 mai 2012

Véhicule électrique: Bolloré et Renault dominent un marché encore très restreint – 22 mai 2012

Mots-clefs :, , ,

 
Reply to Story

SmartPlanet TalkbackPartagez vos idées et votre expertise sur ce sujet

S'inscrire à cette discussion via RSS

  • 1

    Raymond Delaunay

    1 novembre 2012

    Le titre et l’analyse de la fréquence de rechargement des
    véhicules hybrides me paraissent erronés.
    Le conducteur d’une hybride rechargeable ne craint pas la
    panne d’essence ou de batterie.Il cherche simplement à rouler
    en mode électrique le plus souvent possible pour plusieurs
    bonnes raisons:
    1- économiser l’essence qui coûte cher
    2- polluer le moins possible
    3- rouler en silence
    4- profiter de l’immobilisation de son véhicule pour le recharger
    et pouvoir rouler en mode électrique le plus possible.

  • 2

    Mehdi

    2 novembre 2012

    Cet article ne concerne que les véhicules électriques et
    hybrides de type rechargeable (deux modèles : Chevolet
    Volt/Opel Ampera et Toyota Prius Plug In).

    Tous les autres modèles hybrides (508 Hybrid4/RXH, Honda
    Insight, Honda Civic Hybrid, BMW ActiveHybrid, …) ne se
    rechargent pas à une prise de courant mais frâce au moteur
    thermique. Ils ne sont pas concernés par cet article.

    En clair, cet article ne vise que très peu de personnes.

    Il y a une méconnaissance flagrante de la technologie
    hybride des véhicules qui pousse à créer une angoisse à
    partir d’articles faussés (ici il semble que l’article en question
    provienne d’outre Atlantique).

  • 3

    Styx

    5 novembre 2012

    Ce qui est erroné, c’est surtout que la Volt n’est pas une voiture hybride. Elle ne fonctionne pas du tout en mode essence, mais uniquement en étant tractée par son moteur électrique. Le moteur électrique est rechargé par le moteur à essence qui tourne toujours à la même vitesse de rotation, alors que pour une hybride, il arrive que le moteur thermique entraîne directement les roues soit lorsqu’on demande plus de puissance, ou lorsque la batterie est vide.

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite