Le CEA, de l’atome aux énergies « alternatives » | SmartPlanet.fr

Le CEA, de l’atome aux énergies « alternatives »

Par Thierry Noisette | 9 mars 2011 | 0 commentaire

Le Commissariat à l’énergie atomique et, depuis un an, aux énergies alternatives, a signé son contrat 2010-2013 avec l’Etat. Au programme outre le nucléaire, des recherches sur le bâtiment, le solaire, le stockage de l’énergie, la production de batteries et les biocarburants.

Le nucléaire n’est plus le seul avenir des deux géants français du secteur: de même qu’Areva, numéro un mondial de l’industie nucléaire, étend son activité dans les énergies renouvelables et annonce même qu’elles représenteront le tiers de son activité en 2015, le CEA nourrit lui aussi de grands projets dans les cleantech.

Ce virage a été marqué symboliquement en mars 2010, quand le Commissariat à l’énergie atomique a été rebaptisé Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives: le centre de la recherche scientifique nucléaire en France s’affiche comme spécialiste plus largement des  « énergies décarbonées ».

Hier, le CEA a conclu avec l’Etat son contrat d’objectifs et de performance Etat-CEA 2010-2013. Bernard Bigot, administrateur général du CEA, l’a signé avec Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Ecologie et du Développement durable, Valérie Pecresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et Eric Besson, ministre de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique.

« Se positionner comme un acteur industriel majeur » des énergies alternatives

Issu d’un an de négociations entre le CEA et ses ministères de tutelle, ce contrat est le premier signé depuis le changement de dénomination du Commissariat.

Le gouvernement a affirmé hier que ce contrat « tient compte de la montée en puissance » des énergies alternatives, et  que « la France a décidé de se positionner comme un acteur industriel majeur des nouvelles technologies de l’énergie, à l’image de ce qu’elle a su faire il y a 40 ans en matière d’énergie nucléaire ».

Réaliser une batterie aux performances de stockage doublées en 2013

Aussi le CEA doit-il agir autour de deux axes principaux:
‐ le bâtiment, avec notamment le solaire ;
‐ le transport, avec le stockage de l’énergie et les filières de production de batteries et les biocarburants de 2ème génération.

Le contrat fixe des objectifs technologiques au CEA, notamment la réalisation d’un prototype de batterie ayant le double des performances de stockage actuelles en 2013.

Le COP Etat-CEA prévoit par ailleurs une hausse de 12% du nombre de brevets.valorisés dans le cadre de contrat de collaboration ou autre associant le monde industriel., et une augmentation du nombre d’entreprises créées à partir de technologies développées par le CEA.

Dans le domaine du renouvelable, l’Ines (Institut national de l’énergie solaire) et le CEA ont inauguré en octobre une station solaire pour véhicules hybrides rechargeables.

Mots-clefs :, , , , ,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite