Le cochon, source possible de tissu cardiaque pour les humains | SmartPlanet.fr

Le cochon, source possible de tissu cardiaque pour les humains

Par la rédaction | 7 décembre 2012 | 0 commentaire

Revue de web: proche de l’humain, le porc peut fournir des tissus de remplacement, cultivés sur des « moules » biologiques suivis de transplantations à petite échelle. Une équipe du Technion, en Israël, y travaille, rapporte l’Adit avec l’ambassade de France.

Le cochon : sa viande, son gras et son tissu cardiaque ?

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/71588.htm

Les maladies cardiovasculaires sont l’une des plus grandes causes de mortalité dans notre société occidentale moderne. Notre cœur notamment souffre lorsqu’un mode de vie trop sédentaire est couplé à une alimentation trop grasse. Les seules solutions en cas de tissu cardiaque trop dégradé sont l’assistance électronique ou la transplantation, solutions extrêmes et qui doivent rester des exceptions. Les tissus endommagés ne peuvent pas être réparés et ne peuvent pas encore être remplacés facilement. Hormis l’utilisation de cellules souches dont l’emploi est sous forte investigation, il y a la préparation de tissus de remplacement sur des « moules » biologiques suivies de transplantations à petite échelle. Le Pr. Marcelle Machluf du Food Engineering and Biotechnology Department au Technion Institute à Haïfa travaille sur l’utilisation de tissus d’origine porcine pour préformer ses tissus cardiaques humains.

Le problème est le suivant : contrairement aux cultures cutanées ou spray de peau synthétique où il s’agit d’un film amorphe, les tissus cardiaques ont une forme: tubulaires, courbés, … et il est donc nécessaire de les mettre en forme lors de leur synthèse. Dans le cas des tissus tubulaires, il s’agit d’avoir une matrice sur laquelle peuvent être greffées des cultures de cellules myocardiaques, musculaires et autres composantes cellulaires du système cardiaque humain.

L’équipe du Pr. Machluf est récemment parvenue à prélever des artères de porc pour fabriquer du tissu cardiaque humain. Le porc est biologiquement proche de nous, facilement disponible et sert ainsi dans de nombreux domaines de source de biomatériau pour les applications médicales (on envisage de modifier génétiquement des porcs pour que leur sang puisse nous être transplanté, par exemple). Par une méthode qu’ils ont mise au point, l’équipe nettoie les veines prélevées de tout le matériel cellulaire porcin, ne laissant que la structure extracellulaire, la charpente, en quelque sorte. A cette matrice, sont greffées des cellules humaines: diverses cellules cardiaques, musculaires qui vont ensemencer cette matrice qui n’est qu’un tuyau fait de protéines et de polysaccharides. L’équipe a constaté qu’il était ainsi possible de préparer ex vivo (à l’extérieur du corps) un tissu cardiaque tubulaire possédant les mêmes propriétés mécaniques et biologiques qu’un tissu interne, naturel, humain. Le tissu est également capable de secréter des protéines qui peuvent remodeler la matrice extracellulaire, indiquant que la « prise en main » est complète.

Toutefois, les premiers essais ont été réalisés sur des petits animaux et il semblerait que des problèmes de formation de blocages soient apparus: croissance du tissu interne, donnant lieu à des rétrécissements (semblable à l’athérosclérose) ou des anévrismes (élargissements pour former des bulles). Le projet est donc une réussite sur le plan conceptuel, mais de la bouche même des auteurs, il s’agit de procéder à des tests précliniques sur des animaux plus proches de l’homme.

Pour en savoir plus, contacts: Page personnalle du Prof. Machluf : http://biotech.technion.ac.il/Members/Machluf.html

Sources: Article en anglais paru sur le site du Technion : http://www1.technion.ac.il/en/technion/sci-tech/121025-marcelle12

Rédacteurs: Dr. Hendrik EIJSBERG, VI chercheur au Technion

BE Israël numéro 82 (29/11/2012) – Ambassade de France en Israël / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/71588.htm

À lire aussi

Un pacemaker alimenté par vos battements de cœur – 14 novembre 2012

Le battement cardiaque pour s’identifier en ligne – 10 octobre 2012

Des organes de remplacement en utilisant des cellules de l’organisme – 28 septembre 2012

Des anti-inflammatoires pourraient prévenir les maladies cardiaques – 24 avril 2012

Un cœur d’or pour les victimes de crise cardiaque – 28 octobre 2011

Cellules souches: Cellectis lève 50 millions et acquiert le leader européen – 16 septembre 2011

Mots-clefs :, ,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite