Le One Bryant Park, gratte-ciel vert de New York: stockage thermique, urinoirs sans eau, etc. | SmartPlanet.fr

Le One Bryant Park, gratte-ciel vert de New York: stockage thermique, urinoirs sans eau, etc.

Par Andrew Nusca | 13 décembre 2011 | 0 commentaire

La Bank of America Tower, building de Manhattan achevé en 2009, est du haut de ses 54 étages un des bâtiments les plus écologiques du monde.

Je me souviens quand la Bank of America était en train d’ériger son siège impressionnant de New York au One Bryant Park; je travaillais au bout de la rue dans l’immeuble de Conde Nast.

Depuis cette époque, la prospérité économique mondiale est venue et repartie, mais l’immense gratte-ciel de verre est toujours là, achevé et ressemblant fort à un pic de verre s’élançant sur la ligne d’horizon de Manhattan.

Toutefois, il ne s’agit pas seulement d’un bâtiment imposant et graphique; figurez-vous qu’il est aussi intelligent. Comme il convient au siège d’une grande entreprise dans une ville majeure des États-Unis, la structure est également une parfaite démonstration de bon nombre des dernières technologies pour les immeubles de grande hauteur.

Serge Appel, architecte chez Cook+Fox, s’est entretenu avec Jill Danyelle d’Inhabitat pour évoquer les différentes technologies de l’édifice, depuis les systèmes de réutilisation des eaux de pluie jusqu’au vitrage isolant qui atténue les changements de température dus aux rayons du soleil.

En voici trois points clés:

  • Concernant son système de stockage thermique économe en énergie: « Au sous-sol, il y a 44 réservoirs cylindriques de 3 mètres de haut contenant de l’eau et un serpentin de refroidissement. La nuit, quand la production électrique de la centrale de cogénération dépasse les besoins du bâtiment, nous utilisons cet excédent pour alimenter le matériel de refroidissement afin de geler l’eau dans les réservoirs. Durant la journée, la glace fond et permet de refroidir le bâtiment. »
  • Concernant ses urinoirs sans eau : « Les urinoirs ont une évacuation spéciale équipée d’une cartouche remplie d’un liquide moins dense que l’urine, qui « flotte » par dessus et couvre les odeurs. »
  • Concernant les compromis: « Quand nous avons démarré le projet, nous étions sûrs qu’il y aurait des panneaux photovoltaïques intégrés au bâtiment, mais plus nous observions la quantité d’électricité générée, moins cela paraissait judicieux. Nous avons également songé sérieusement à inclure une éolienne… Mais si la « quantité » de vent est certes suffisante, elle n’est pas assez constante pour que l’énergie générée soit intéressante. »

Parmi les autres caractéristiques du bâtiment: un système de diminution automatique de l’éclairage dans la journée, une forte utilisation de matériaux recyclés, de l’air filtré dans et hors du bâtiment, des fondations à base de scories (réduisant l’utilisation du béton) et une centrale de cogénération de 4,6 mégawatts.

Si vous souhaitez en savoir plus, l’Académie des sciences de New York propose une fascinante visite audio de 20 minutes avec un architecte et un ingénieur qui ont travaillé sur le projet.

(image: Cacv12000 / Wikipédia, sous licence Creative Commons CC by)

À lire aussi

Le Green Office, immeuble de bureaux à énergie positive, a ouvert à Meudon – 7 septembre 2011

A New York, une gestion high tech derrière les feux de signalisation – 31 mai 2011

Une tour « bambou » de 200 mètres à Tianjin en Chine – 5 avril 201

La tour Carpe Diem, un gratte-ciel doublement labellisé à La Défense – 16 mars 2011

New York investit dans l’écotechnologie urbaine – 10 février 2011

Mots-clefs :, ,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite