Le « stockage de l’énergie en tant que service » peut-il renforcer le réseau électrique? | SmartPlanet.fr

Le « stockage de l’énergie en tant que service » peut-il renforcer le réseau électrique?

Par Martin LaMonica | 1 avril 2011 | 0 commentaire

Des entreprises pionnières proposent du stockage sur réseau qui vient en complément d’installations électriques.

Il existe de nombreux efforts de recherche en vue d’améliorer radicalement le stockage de l’énergie pour les véhicules comme pour le réseau électrique, mais les modèles économiques sont en voie de maturation.

AES Energy Storage fait partie des rares entreprises à avoir développé une activité pour vendre des services de stockage de l’énergie sur réseau à des entreprises de services publics, selon un modèle dans lequel ces dernières n’ont pas besoin d’investir dans le matériel de stockage.

Pour établir un parallèle approximatif avec l’univers informatique, l’idée revient à fournir un service informatique, tel qu’une puissance de traitement serveur, contre rémunération, au lieu de posséder et d’exploiter les serveurs soi-même.

Quatre projets de 84 MW de stockage

AES Energy Storage possède et exploite déjà de nombreux types d’installations de génération d’électricité. D’après son président Chris Shelton, l’entreprise prévoit d’ouvrir d’ici la fin de l’année un système de stockage de 32 mégawatts lié à un parc éolien de 100 mégawatts en Virginie occidentale. S’ils sont finalisés dans l’année, ce projet et trois autres totaliseront 84 mégawatts de stockage, principalement sous la forme de batteries au lithium-ion de la taille d’un camion qui viendront amortir le réseau électrique, confie-t-il.

L’objectif ultime de nombreux développeurs technologiques est de concevoir une batterie capable de stocker de nombreuses heures d’énergie issue des parcs éoliens et solaires, de sorte que l’énergie renouvelable soit disponible à la demande chaque fois que nécessaire. Toutefois, AES et le fabricant de volants d’inertie Beacon Power ont trouvé une niche en fournissant de l’électricité au réseau par de courtes salves, ce qui est utile aux opérateurs de réseau électrique chargés de maintenir un équilibre stable entre l’offre et la demande.

Une ressource très flexible

Les batteries sont flexibles dans le sens où elles peuvent fournir de l’énergie en quelques secondes, au contraire des centrales au gaz naturel qui mettent plus de temps à monter en puissance. Le fait d’avoir un contrôle relativement précis sur ces ressources est très appréciable pour les entreprises de services publics, et c’est un service pour lequel elles sont prêtes à payer, affirme Chris Shelton. De plus, les batteries et les volants d’inertie ne génèrent pas d’émissions pendant leur fonctionnement.

Certaines entreprises de services publics, telles qu’AEP, sont allées de l’avant en installant et en possédant leurs propres systèmes de stockage sur batteries. Mais d’une manière générale, le stockage de l’énergie sur réseau suivra probablement la même voie que le solaire et l’éolien, où des entreprises tierces possèdent et exploitent les projets liés à l’énergie, prédit Chris Shelton. « Il y a un long cycle de sociétés tierces proposant des solutions finies aux entreprises de services publics », fait-il remarquer. « Il n’y a pas de raison pour que le stockage ne suive pas le même cycle. »

Ressource gérée centralement

Beacon Power, qui fabrique des systèmes de stockage par volant d’inertie, est une autre entreprise à avoir adopté cette approche de services de réseau électrique. Sur certains marchés déréglementés, la Commission fédérale de réglementation de l’énergie (FERC) a créé des tarifs d’électricité qui reflètent la rapidité avec laquelle les ressources énergétiques peuvent être mises en service, explique Gene Hunt, représentant de Beacon Power.

L’inconvénient à proposer des services, plutôt qu’à vendre des produits, est que cela nécessite un important investissement, tempère-t-il. Avec l’aide d’une garantie d’emprunt de 69 millions de dollars accordée par le ministère américain de l’Énergie, l’entreprise est en train de développer à New York une centrale de 20 mégawatts qui fournira des services de régulation de fréquence au réseau électrique.

Maintenant que plusieurs projets ont été mis en service, davantage d’entreprises de services publics s’intéressent au stockage, ajoute-t-il. Il y a quelques jours, Beacon Power a annoncé qu’un de ses clients au Montana louera et exploitera un système à volant d’inertie de 1 mégawatt qui sera utilisé avec une centrale au gaz naturel à des fins de régulation de fréquence.

Gérer la variabilité

Les batteries servent également à assurer une fiabilité à court terme. AES est en train de construire une centrale de 20 mégawatts au Chili qui surveille le réseau électrique et fournit de l’énergie pour améliorer la fiabilité du système. De même, dans le projet d’AES Energy Storage en Virginie occidentale, les batteries serviront à gérer la variabilité de l’énergie éolienne, souligne-t-il.

Les progrès réalisés dans la technologie des batteries pour les automobiles multiplient le nombre d’applications possibles au-delà des énergies renouvelables, car le stockage peut fournir une source d’énergie flexible pour les générateurs d’électricité utilisant l’énergie nucléaire, le gaz naturel ou les énergies renouvelables, remarque Chris Shelton. « Le stockage doit être géré de façon centralisée », recommande-t-il. « Nous le voyons comme une tranche horizontale du marché auquel nous participons. »

Mots-clefs :,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite