Limitation de l’éclairage de nuit des vitrines et bureaux, à partir du 1er juillet | SmartPlanet.fr

Limitation de l’éclairage de nuit des vitrines et bureaux, à partir du 1er juillet

Par Thierry Noisette | 30 janvier 2013 | 0 commentaire

L’arrêt entre 1 heure et sept heures du matin de l’éclairage extérieur des commerces, bureaux et autres bâtiments non résidentiels permettrait d’économiser l’équivalent de la consommation annuelle de 750.000 ménages.

La ministre de l’Écologie Delphine Batho annonce avoir publié ce mercredi un arrêté réglementant le fonctionnement des dispositifs d’éclairage des bâtiments non résidentiels. L’arrêté concerne l’éclairage intérieur émis vers l’extérieur des bâtiments non résidentiels (vitrines de commerces, bureaux…) et l’éclairage des façades de ces mêmes bâtiments. Il entrera en vigueur le 1er juillet 2013. Un bilan du dispositif sera réalisé en janvier 2014.

A partir du 1er juillet:

- les éclairages intérieurs de locaux à usage professionnel devront être éteints une heure après la fin d’occupation desdits locaux;

- les éclairages des façades des bâtiments seront éteints au plus tard à 1 heure du matin;

- les éclairages des vitrines de magasins de commerce ou d’exposition seront éteints au plus tard à 1h du matin, ou une heure après la fin d’occupation desdits locaux si celle-ci intervient plus tardivement.

Pour les façades et les vitrines, le texte prévoit la possibilité pour le préfet d’accorder des dérogations pour la veille des jours fériés chômés, la période des illuminations de Noël, lors d’événements exceptionnels à caractère local, ou dans des lieux présentant un intérêt touristique exceptionnel.

Parmi les zones concernées par les exceptions, précise l’AFP, 41 communes dont Paris avec sept zones (Champs-Élysées, Butte Montmartre, rue de Rivoli, Place des Vosges…), « mais aussi le centre touristique de Marseille ou de Nice, le Vieux Lyon, Chartres… »

Il y a aussi des règles pour les conditions d’allumage:

- les vitrines de magasins de commerce ou d’exposition pourront être allumées à partir de 7 heures du matin ou une heure avant le début de l’activité si celle-ci s’exerce plus tôt;

- les éclairages des façades des bâtiments ne pourront être allumés avant le coucher du soleil.

Le ministère souligne:

« Cet arrêté permet de réduire l’empreinte de l’éclairage artificiel sur l’environnement nocturne. Les éclairages artificiels nocturnes peuvent constituer une source de perturbations significatives pour les écosystèmes, en modifiant la communication entre espèces, les migrations, les cycles de reproduction ou encore le système proie-prédateur. L’impact de la lumière artificielle nocturne sur le sommeil, en perturbant l’alternance jour-nuit, a également fait l’objet de réflexions par l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance (INSV), qui proposera des actions courant 2013.

Ce texte fait ainsi de la France l’un des pionniers en Europe dans ce domaine.

Il constitue également une mesure de sobriété énergétique. Estimées à 2TWh par an par l’ADEME, les économies d’énergie attendues équivalent à la consommation électrique annuelle d’environ 750.000 ménages. Cette disposition permet d’éviter le rejet chaque année de 250.000 tonnes de CO2. »

L’Association nationale pour la protection du ciel et de l’environnement nocturnes (ANPCEN) et France Nature Environnement ont publié ensemble un communiqué (PDF), approuvant les orientations globales de l’arrêté.

Syndicat de l’éclairage: un texte « incomplet »

Pour le Syndicat de l’éclairage (PDF), « ce texte a le mérite d’inciter les gestionnaires des bâtiments à s’intéresser à la qualité de leurs installations d’éclairage, afin d’en limiter l’impact sur l’environnement et la facture d’électricité. Mais ce texte est toujours incomplet. »

L’organisation professionnelle considère que les chiffres avancés sont surévalués: « Seulement 0,5 TWh selon nos chiffrages. Il est regrettable que cet arrêté ne traite pas les consommations d’énergie pour l’éclairage pendant les heures d’activité qu’il fasse jour ou nuit (soit au moins 90% de ces consommations). Or, le potentiel d’économies d’énergie en éclairage est estimé à 16 TWh au total: on est bien au-delà des 2 TWh espérés! »

Le Syndicat de l’éclairage appelle à d’autres textes complémentaires. Il plaide pour le recours « à des systèmes intelligents qui prennent en compte le fonctionnement des installations d’éclairage sur 24 heures. En effet, ces automatismes simples permettront de garantir en permanence la variation de l’éclairage en fonction des apports gratuits de lumière du jour et de la détection de la présence des personnes, jusqu’à l’extinction en cas d’inoccupation des locaux. »

Photo: American Apparel @Paris via Wikimedia, sous licence Creative Commons CC by

À lire aussi

Éclairage: Ikea passera au 100% LED d’ici 2016 – 2 octobre 2012

Économie d’énergie: huit projets d’information et d’innovation retenus et financés -  16 août 2012

Éclairage: la RATP adopte le tout-LED pour le métro et le RER – 26 juin 2012

Paris veut réduire de 30% la consommation de son éclairage public d’ici 2020 – 14 juin 2012

Éclairage public: l’Etat aide les petites communes à réduire leur consommation – 21 février 2012

Trente villes du monde signent une charte de l’éclairage public durable – 16 mars 2011

Mots-clefs :, , , ,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite