Livraisons: DropTag vous dit quand votre colis a été endommagé | SmartPlanet.fr

Livraisons: DropTag vous dit quand votre colis a été endommagé

Par Janet Fang | 22 février 2013 | 0 commentaire

Une étiquette contenant un capteur enregistre si et quand un paquet a subi des chocs. Une innovation qui pourrait avoir des débouchés dans l’e-commerce notamment.

Un colis marqué « fragile » arrive, vous signez pour le récupérer et vous découvrez que son contenu est cassé. Est-ce dû à l’expéditeur, à l’entrepôt, à un chauffeur, au service de messagerie ou au facteur?

DropTag de Cambridge Consultants peut vous aider à réduire vos recherches en vous indiquant à quel moment le paquet est tombé, avant que vous ne signiez pour le réceptionner. La plate-forme de capteur combine une batterie, un émetteur Bluetooth à faible énergie, un accéléromètre et une puce mémoire, explique New Scientist.

1. L’étiquette est collée sur le colis lorsqu’il quitte l’entrepôt et elle enregistre toutes les forces g qu’il subit au-dessus d’un niveau de choc défini.

2. Une fois qu’il arrive entre vos mains, vous activez la fonction Bluetooth sur un smartphone doté de l’application DropTag et vous scannez l’étiquette avant de signer pour la remise du colis.

3. Un affichage montre ce qui est arrivé au colis en transit, avec un graphique qui vous montre s’il a été maltraité et quand (selon ce que contient le paquet, il se peut que vous préfériez refuser la livraison).

Comme DropTag est accessible à distance à n’importe quelle étape du processus de livraison (dans la limite de 50 mètres), il peut communiquer l’état du colis au siège, permettant une réponse rapide et proactive.

L’étiquette à 2 dollars est réutilisable et peut fonctionner avec une unique pile bouton pendant plusieurs semaines. Vous pouvez voir ici une vidéo d’un colis malmené.

Les créateurs étudient également l’ajout de capteurs supplémentaires qui pourraient indiquer si les articles qui doivent être gardés au frais deviennent trop chauds, précise Gizmag.

« L’explosion des achats sur internet a conduit à une forte augmentation du nombre de livraisons de colis », souligne Tom Lawrie-Fussey de Cambridge Consultants. « Nous avons probablement tous commis l’erreur de signer la remise d’un colis à notre porte sans prendre le temps de le déballer pour vérifier que son contenu était en bon état. Nous sommes alors confrontés aux soucis de devoir organiser le retour des biens endommagés. »

Des brevets ont déjà été déposés au Royaume-Uni, mais l’entreprise britannique espère qu’une grande chaîne de distribution ou une entreprise de e-commerce achètera la technologie au salon de Hanovre, en avril.

via New Scientist

Images: Cambridge Consultants

À lire aussi

Une centaine de magasins Franprix approvisionnés en bateau par la Marne et la Seine – 1er octobre 2012

Écomobilité: cinq entreprises distinguées – 16 avril 2012

FedEx ouvre le suivi en temps réel aux secteurs aérospatial, financier et des arts – 3 février 2012

La chaîne d’approvisionnement du porc en Chine plus intelligente grâce à des capteurs -  11 janvier 2012

La SNCF lance Distripolis pour des livraisons en ville moins polluantes - 28 juin 2011

Colizen, e-livreur 100% électrique, étrenne la Kangoo Z.E – 7 avril 2011

Mots-clefs :, , , ,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite