Livres numériques: une bibliothèque qui n’utilise que des codes QR | SmartPlanet.fr

Livres numériques: une bibliothèque qui n’utilise que des codes QR

Par la rédaction | 26 juillet 2012 | 0 commentaire

Smart Data >>

Une ville d’Autriche dépourvue de bibliothèque publique a disposé des codes QR près d’endroits en relation avec les livres du domaine public auxquels ils renvoient.

par Tyler Falk

La ville autrichienne de Klagenfurt est un lieu important pour la littérature germanique. De petites maisons d’édition sont éparpillées à travers la ville, qui accueille chaque année un festival littéraire majeur, le Prix Ingeborg Bachmann.

Avec de telles racines littéraires, il y a de quoi s’étonner que la ville ne possède pas un bâtiment municipal courant: une bibliothèque publique. C’est la seule ville majeure d’Europe centrale qui en soit dépourvue.

Récemment toutefois, la ville s’est dotée d’une bibliothèque publique sous une forme inhabituelle: elle utilise des codes QR. Lancée par Georg Holzer, journaliste, et Bruno Hautzenberger, développeur de logiciels, l’initiative a consisté à apposer 70 autocollants comportant des codes QR et des puces NFC à travers la ville. Ce projet baptisé Ingeborg dirige les utilisateurs vers des livres numériques et autres contenus numériques disponibles gratuitement, essentiellement issus de sites proposant des travaux passés dans le domaine public, tels que le projet Gutenberg.

Ce qui est intéressant, c’est que bien que la « bibliothèque » ne soit pas logée dans un bâtiment unique, les autocollants sont en rapport avec l’endroit de la ville où ils se trouvent. Par exemple, le site web indique que l’on peut trouver « L’Assassin » d’Arthur Schnitzler à proximité du poste de la police fédérale, « Jedermann » de Hugo von Hofmannsthal à la cathédrale, ou « Le Songe d’une nuit d’été » de Shakespeare à la plage.

Ce projet vise notamment à faire prendre conscience que la ville ne possède pas de bibliothèque publique. Car même si l’idée d’une ville truffée de codes QR donnant accès à des livres gratuits est séduisante, elle ne vaut pas les idéaux d’une bibliothèque publique. Elle ne fait pas office de lieu de rassemblement où quiconque peut avoir accès à l’information. Sans compter qu’il y a une nette fracture entre les personnes équipées de smartphone et les autres.

Bien entendu, pour les villes qui n’ont pas les fonds nécessaires pour une bibliothèque publique, cette idée pourrait être une alternative. Espérons toutefois qu’elle soit utilisée pour compléter, plutôt que pour remplacer, la bibliothèque publique. Ce pourrait par exemple être une visite guidée par les livres ou des informations sur les livres incontournables relatifs aux lieux importants et historiques de la ville.

(Merci à Engadget)

Image: Lienhard Schulz / Wikipédia, sous licence Creative Commons CC by-sa

A lire aussi

Éducation dans les pays en développement: davantage de tablettes, de réseaux sociaux et de surveillance – 19 juillet 2012

Dix projets d’e-éducation sélectionnés pour les investissements d’avenir – 20 mars 2012

Les bouquinistes de Paris testent de nouvelles boîtes à livres – 9 février 2012

Paris présente ses 40 projets de « mobilier urbain intelligent » – 7 juin 2011

Bordeaux met des arbres et des oiseaux dans les smartphones – 28 mars 2011

Mots-clefs :, ,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite