Nucléaire: pour Delphine Batho et l’Élysée, Fessenheim peut être fermée en quatre ans | SmartPlanet.fr

Nucléaire: pour Delphine Batho et l’Élysée, Fessenheim peut être fermée en quatre ans

Par Thierry Noisette | 25 janvier 2013 | 0 commentaire

Un mémoire des juristes du ministère de l’Écologie juge Fessenheim sûre, en réponse à une action pour la fermeture de la plus vieille centrale nucléaire française en activité. La ministre répond et juge tenable la fermeture fin 2016.

Un mémoire écrit en octobre 2012 par la direction des affaires juridiques du ministère de l’Écologie est un plaidoyer pro-Fessenheim*, révèle Le Monde, qui en a eu connaissance. Interviewée par le quotidien (article payant ou pour abonnés), la ministre de l’Écologie répond que « la décision de fermer Fessenheim est une décision de transition énergétique. Si c’était une décision liée à un risque en matière de sûreté, elle aurait été prise par l’ASN et s’appliquerait immédiatement. »

Elle réagit aussi à la déclaration la semaine dernière du président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Pierre-Franck Chevet, selon lequel l’arrêt définitif de la centrale nucléaire alsacienne prendra cinq ans, au-delà de la fin 2016 annoncée par François Hollande. Delphine Batho juge que « en réalité, quand nous prenons en compte ce que les différents acteurs disent du temps dont ils ont besoin, quatre ans devraient suffire. C’est un délai accessible. » Et elle réaffirme que « l’objectif est de tenir fin 2016 ».

« Fin 2016, début 2017 »

L’Élysée a également réaffirmé ce vendredi sa volonté de fermer la centrale nucléaire de Fessenheim « fin 2016, début 2017 » mais « normalement fin 2016 », en marge d’un déplacement du président de la République à Lille. « C’est un engagement que nous avons pris. »

La ministre estime par ailleurs que les travaux prescrits par l’ASN à Fessenheim ont un coût « largement couvert par la marge brute d’exploitation de la centrale. Ils devraient se chiffrer pour les deux réacteurs entre 30 à 50 millions d’euros. »

Les salariés ont en protestation empêché, lors de sa venue le 14 décembre, le délégué interministériel chargé de la fermeture du site, Francis Rol-Tanguy, d’y accéder. La CGT a annoncé qu’elle déposera le 8 février un recours en Conseil d’Etat contre sa nomination, a indiqué Virginie Gensel-Imbrecht, secrétaire générale de la fédération nationale de l’énergie au sein de la CGT. Elle juge que fermer Fessenheim est une « décision politique et illégitime ».

* Le journal du soir explique qu’il s’agit d’un mémoire du ministère en réponse à une action entamée en 2008 par l’Association trinationale de protection nucléaire (ATPN – site en allemand), un collectif d’associations et de communes françaises, allemandes et suisses demandant la fermeture de Fessenheim. L’eurodéputée (Cap 21, ex-Modem) et ancienne ministre de l’Environnement Corinne Lepage (blog sur Rue89) est l’avocate de l’ATPN.

À lire aussi

Fermer la centrale nucléaire de Fessenheim prendra cinq ans, estime l’ASN – 16 janvier 2013

Nucléaire express: décontamination bâclée à Fukushima, coût d’un accident, thorium chinois, doutes belges, suicides à La Hague – 11 janvier 2013

Nucléaire: Francis Rol-Tanguy est chargé de la fermeture de Fessenheim – 12 décembre 2012

François Hollande à la conférence environnementale: « La France se mobilisera dans la transition énergétique » – 14 septembre 2012

Coûts du nucléaire: la Cour des comptes relève les incertitudes du futur – 31 janvier 2012

L’Autorité de sûreté nucléaire demande un « investissement massif » dans la sécurité des centrales françaises – 3 janvier 2012

Mots-clefs :, ,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite