Potager sur toit à AgroParisTech: les toits végétalisés poussent dans la capitale | SmartPlanet.fr

Potager sur toit à AgroParisTech: les toits végétalisés poussent dans la capitale

Par Thierry Noisette | 16 octobre 2012 | 0 commentaire

(vidéo) L’école d’ingénieurs AgroParisTech, dans le Quartier latin, expérimente l’agriculture urbaine sur son toit. Un moyen de comparer des solutions innovantes, et un des emplois des toits végétalisés, que Paris veut doubler d’ici 2020.

L’école AgroParisTech (Institut des sciences et industries du vivant et de l’environnement), qui se trouve au 16 rue Claude Bernard, dans le 5e arrondissement de Paris, a transformé son toit en potager laboratoire, rapporte la mairie de Paris.

Cela « pour tester des solutions innovantes destinées à cultiver de façon durable en milieu urbain. Des potagers pourraient ainsi verdir plusieurs hectares de toitures parisiennes en réutilisant compost, déchets de bois, marc de café… »

Voici une présentation vidéo du projet:
http://www.dailymotion.com/videoxs5f2w

Nicolas Bel et Nicolas Marchal, de l’association Potager sur les toits, ont convaincu la direction de cette école d’ingénieurs d’investir un espace de 600 m2 pour y mener des expérimentations.

Des cultures de tomates et de salades dans différents sols permettent d’établir des comparatifs (le compost donne ainsi les plus belles laitues). Le niveau de pollution dans les fruits et légumes est également analysé: « Nos mesures ont montré que les taux de métaux lourds dans les salades, les tomates… étaient de 10 à 100 fois inférieurs à ceux fixés par la réglementation européenne », indique Nicolas Bel. « Il n’y a pas de danger pour la consommation », même si, parmi les aromatiques, le thym est un « gros fixateur de polluant ».

Pour mesurer l’impact de la pollution, et balayer « les fantasmes et les peurs » sur la question, l’association veut planter à différents endroits dans Paris, notamment près du boulevard périphérique.

La mairie de Paris évalue à 314 hectares la surface des toitures végétalisables dans la capitale. Nicolas Bel souhaite donc aller plus loin: « On veut investir les toits des écoles, des collèges, des HLM. Le potager c’est idéal pour l’insertion. Si on peut créer de l’emploi en faisant pousser des légumes… »

La mairie note que « l’ingénieur a été sollicité pour créer un potager sur le toit du restaurant La Tour d’argent ».

La toiture végétalisée, isolant thermique et phonique

La Ville de Paris ambitionne de doubler ses surfaces de toits végétalisés, en les faisant passer d’ici 2020 de 3,7 hectares (fin 2011) à 7 hectares en 2020.

Elle cite parmi les avantages des toits végétalisés:

- La fixation des poussières atmosphériques et des pollens.

- Une diminution des taux de CO et CO2, pour plus de oxygène (O2) produit.

- Une contribution à la biodiversité et une meilleure intégration paysagère.

- Une meilleure isolation thermique (fraîcheur en été, douceur en hiver).

- Une protection renforcée de l’étanchéité de la toiture. Annuellement, un toit végétal pourrait absorber jusqu’à 50% de la quantité d’eau tombant sur les toits.

- Une meilleure isolation phonique (contre la pluie, la grêle, les bruits extérieurs).

Parmi les exemples donnés par la mairie, on trouve au 103 avenue de France (13e arrondissement) une toiture végétalisée expérimentale, sur le bâtiment de la direction des Espaces verts et de l’Environnement. Sur 140 m2 de terrasse, au 6ème étage de l’immeuble, ont été installés 15 modules accueillant au total 126 carrés, différents par leur support de cultures et les plantes cultivées.

Ou encore au 89/91 rue des Haies (20e arrondissement) le jardin sur le toit,un jardin partagé de 800 m2 aménagé sur le toit du gymnase des Vignolles.

Natureparif, l’agence régionale pour la nature et la biodiversite en Île-de-France, propose en PDF aux professionnels concernés (maîtres d’ouvrage, architectes etc.) un livret sur les toitures végétalisées « pour leur permettre de favoriser au maximum la biodiversité sur les toitures », ainsi qu’un cahier technique.

Photo: Frédérique Voisin-Demery via Flickr, sous licence Creative Commons CC by

À lire aussi

Une désobéissance qui porte ses fruits: Guerrilla Grafters cultive des vergers clandestins – 3 octobre 2012

Santé: cancers en baisse, sportifs dopés au porno, longévité, légumes pollués en ville – 26 septembre 2012

Les murs végétaux, un outil important contre la pollution urbaine – 8 août 2012

Agriculture urbaine: bientôt des cultures sur toit à New York et Montréal – 3 juillet 2012

Deux adolescents du Swaziland décrochent un prix pour leur système hydroponique – 25 juin 2012

Paris veut sept hectares de plus de toits végétalisés d’ici 2020 – 16 novembre 2011

Mots-clefs :, , , , , ,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite