Pourquoi j’ai acheté deux tonnes de granulés de bois de chauffage | SmartPlanet.fr

Pourquoi j’ai acheté deux tonnes de granulés de bois de chauffage

Par Martin LaMonica | 9 novembre 2011 | 11 commentaires

Vie pratique: une combinaison de photovoltaïque et de chauffage au bois, avec l’utilisation de granulés de bois, c’est le mix énergétique pour lequel a opté à domicile le journaliste Martin LaMonica, qui l’explique ici.

Il est rare que je manipule des produits à la tonne, mais j’ai récemment pris livraison de deux tonnes de granulés de bois destinées au chauffage domestique. Les granulés ne sont pas parfaits, mais je les considère comme l’un des moyens pour les consommateurs de diversifier leurs sources d’énergie et d’adopter une attitude écologique sur un plan personnel.

Les granulés, qui sont de la sciure compactée, sont livrés dans des sacs de 18 kg empilés sur des palettes de bois d’environ 1,5 m de hauteur. Ces deux tonnes, stockées dans mon garage en attendant le froid, couvriront le plus gros des besoins en chauffage de mon foyer pour la saison à venir.

C’est par une journée fraîche et ensoleillée que le livreur est arrivé et, pour m’amuser, j’ai calculé quelle était la production de mes panneaux solaires photovoltaïques. Les 2.100 watts produits par les panneaux étaient bien supérieurs à ce que j’utilisais à ce moment-là, si bien que mon compteur d’électricité tournait à l’envers (c’est une image: mon compteur est numérique).

Granulés de bois dérivés de sciure (photo Martin LaMonica/CNET)

Dans les années 1970, vivre en parfaite autonomie grâce au solaire et au bois de chauffage était considéré comme l’idéal d’un mode de vie écologique, car il permettait aux individus d’être autosuffisants. Mais de mon point de vue, il existe une approche bien plus accessible et évolutive qui consiste à combiner des sources d’énergie conventionnelles et alternatives et à privilégier l’efficacité énergétique avant tout.

Même si telle n’était pas mon intention, ce type de système hybride est devenu la règle dans ma maison (et dans mon garage), comme chez tous ceux qui ont pris des mesures pour réduire leur utilisation de combustibles fossiles.

Entretenir la flamme du foyer

En regardant les factures de l’année dernière, j’ai constaté que les granulés de bois couvrent les deux tiers de nos besoins de chauffage (si notre chaudière au gaz naturel n’était pas aussi ancienne et inefficace, les granulés contribueraient davantage au chauffage en termes de pourcentage).

Le système d’électricité domestique combine différentes sources également. Les panneaux solaires photovoltaïques sont connectés au réseau, de sorte que lorsque la toiture génère plus d’électricité que la maison n’en utilise, le compteur recule et fait baisser la facture mensuelle. La nuit ou par temps nuageux, l’électricité vient du réseau, qui est alimenté principalement par le gaz naturel, le charbon et le nucléaire.

L’été, l’effet net du solaire est que la maison produit un peu plus qu’elle ne consomme. Mais l’hiver, avec les journées plus courtes et le poêle à granulés électrique qui fonctionne en permanence, nous consommons plus d’électricité que nous n’en produisons. Sur trois ans, la consommation d’électricité nette annuelle est à peu près nulle, ce qui signifie que le foyer consomme autant d’électricité que la toiture en produit.

Un système d’énergie domestique hybride est-il économique? Cela dépend de nombreux facteurs, notamment les prix de l’énergie et l’efficacité de vos sources de chauffage. Le Pellet Fuels Institute utilise les moyennes nationales pour montrer que le chauffage aux granulés est meilleur marché que le chauffage au pétrole ou au propane. D’après les estimations et les moyennes nationales sur l’efficacité énergétique des appareils de chauffage, les granulés s’avèrent en revanche un peu plus onéreux que le gaz naturel et le chauffage au bois.

Les panneaux solaires photovoltaïques dépendent également des prix de l’électricité locaux, de la qualité de votre ensoleillement (à éviter si vous avez beaucoup d’ombre) et des stimulations offertes par l’État. Dans mon cas, le retour sur investissement prendra probablement plus de 10 ans, mais la baisse des prix du solaire promet un amortissement plus rapide des achats et une plus grande disponibilité de la location de panneaux solaires.

Impact sur l’environnement

Les panneaux électriques solaires et pour l’eau chaude sont indubitablement une bonne chose pour l’environnement. En ce qui concerne les granulés de bois, en revanche, c’est un peu plus nuancé.

Les granulés proviennent d’une source renouvelable, mais les forêts doivent être correctement gérées pour être renouvelables sur le long terme. Le dioxyde de carbone généré par la combustion du bois sera réabsorbé par de nouveaux arbres, à supposer là encore que les forêts soient bien gérées. Les granulés que j’ai achetés les années précédentes venaient des États-Unis et du Canada. Cette année, j’essaie une variété provenant du Vermont.

Des provisions pour l'hiver: voilà à quoi ressemble une tonne de granulés (photo Martin LaMonica/CNET)

La combustion crée des polluants atmosphériques, et les granulés ont un niveau de particules plus élevé que la combustion du gaz naturel ou du pétrole. En général, il est préférable d’opter pour un poêle à bois et à granulés certifié par l’EPA, qui brûlera de manière plus efficace et plus propre.

Pour moi, investir dans le solaire ou acheter des granulés de bois équivaut à acheter de l’énergie à l’avance. Dans le cas du solaire, j’ai établi un prix pour une source d’énergie (la lumière du soleil) qui me protège de la hausse des prix de l’électricité. Les granulés sont beaucoup plus concrets: j’achète la quantité nécessaire pour l’hiver et les mets de côté en attendant d’en avoir besoin (les deux dernières années, j’avais dû entreposer les sacs moi-même, ce qui demande un certain effort).

Il existe de nombreuses autres sources d’énergie domestique alternatives formidables, notamment les pompes à chaleur géothermiques, qu’on appelle également systèmes de chauffage et refroidissement géothermiques. Quel que soit le mode que vous choisirez, l’efficacité énergétique est votre alliée.

Cela vaut en effet la peine de prendre des mesures pour réduire votre consommation d’électricité et protéger votre maison ou appartement contre les intempéries.

Avoir un système d’énergie domestique hybride n’a peut-être pas l’air aussi extraordinaire que de vivre en totale autonomie. Mais vous n’avez pas besoin de « retourner à la terre » pour mener un style de vie économe en énergie.

À lire aussi

Fête de l’énergie du 15 au 21 octobre, pour mieux contrôler sa consommation – 14 octobre 2011

Pierre de Montlivault: « La biomasse-bois représente aujourd’hui un million de tonnes pour Dalkia en France » – 6 juillet 2011

Les énergies renouvelables pourraient couvrir 77% des besoins en 2050 – 10 mai 2011

Rénovation énergétique des bâtiments: le rapport Ortega fait 16 propositions – 14 mars 2011

L’Ile-de-France vote 4 millions d’euros pour les énergies renouvelables – 11 mars 2011

Mots-clefs :, , , , ,

 
Reply to Story

SmartPlanet TalkbackPartagez vos idées et votre expertise sur ce sujet

S'inscrire à cette discussion via RSS

  • 1

    Allo Bois de Chauffage

    9 novembre 2011

    Dans une pure demarche ecologique, il est en effet important de verifier l’impact carbone des granulés achetes, et mieux vaux des granules produits localement si possible avec des residus de sciures locaux .
    A noter l’arrivee en Europe de la norme ENplus qui va depasser le clivage din+ / NF

  • 2

    ikwaya

    10 novembre 2011

    Je serais plus mesuré que vous sur l’aspect écologique des
    granulés de bois »

    La facture carbone des granulés de bois est en général loin
    d’être aussi intéressante.

    Si on se penche bien sur leur production et leur transport on
    s’aperçoit assez vite que pour les produire il faut déja secher le
    bois (50% d’humidité environ) ce ce qui est une opération qui
    consomme une tres grosse quantité d’énergie.

    Ensuite il faut le granuler, opération encore énergivore, et
    finalement il faut le transporter depuis l’usine de production
    jusqu’a l’acheteur final car jusqu’à preuve du contraire les
    granulés ne poussent pas à l’état sauvage. Je vous épargne
    également le fait qu’il faut, en amont, transporter le bois brut
    jusqu’à l’usine qui va le transformer en granulé.

    Bref, quelques sérieuses études ont montré qu’on pouvait
    gaspiller jusqu’à 60-70% du gain en émission de carbone sur
    l’ensemble de la chaine entre la foret et le consommateur.

    Le gain environnemental est finalement sans doute assez
    minime. Le gain financier est lui par contre bien réel. La ou 1
    tonne de plaquette forestiere disponible directement est vendue
    autour de 60€, le granulé est lui vendu dans les 300€.

    On ne peut par contre pas nier l’intéret pour le consommateur en
    terme de manutention de la chaudiere et d’automatisation.

    Pour les panneaux solaires, je voudrais également vous inviter à
    la prudence. Quelques études de cycle de vie (bilan des
    émissions depuis l’extraction des ressources jusqu’àu recyclage
    des panneaux) ont montré que la facture environnementale de
    ces panneaux nécessitait plusieurs années de fonctionnement
    pour être amortie. En clair, sur une durée de vie de 15 ans on en
    perd 3 à 5 rien que pour rembourser les émissions de CO2 liées
    à la vie de ces panneaux. Je passe bien évidemment sous
    silence le fait que ces panneaux sont en général fait dans des
    pays ou les lois sur le travail sont bafouées voire inexistantes.

  • 3

    guide du poele à bois

    10 novembre 2011

    La lecture de ce dossier complet consacré aux granulés de bois permettra aux lecteurs de smartplanet de reconnaitre des pellets de qualité, outre les normes effectivement en vigueur.
    http://www.poelebois.org/les-combustibles/les-granules.html

  • 4

    Sheba

    12 novembre 2011

    Pour les panneaux solaires, je voudrais également vous inviter à
    la prudence. Quelques études de cycle de vie (bilan des
    émissions depuis l’extraction des ressources jusqu’àu recyclage
    des panneaux) ont montré que la facture environnementale de
    ces panneaux nécessitait plusieurs années de fonctionnement
    pour être amortie. En clair, sur une durée de vie de 15 ans on en
    perd 3 à 5 rien que pour rembourser les émissions de CO2 liées
    à la vie de ces panneaux. Je passe bien évidemment sous
    silence le fait que ces panneaux sont en général fait dans des
    pays ou les lois sur le travail sont bafouées voire inexistantes.

    +1

  • 5

    Bois de chauffage

    12 novembre 2011

    Article très intéressant sur les granulés de bois, cependant il aurait
    été intéressant de parler du cout de l’installation, de son
    amortissement et de l’entretien.
    Si nous prenons ces critères en compte, le bois de chauffage en
    bûche, reste je pense le plus économique.

  • 6

    Au poele

    14 novembre 2011

    @ikwaya
    Les messages consistant a dire ca ce n’est pas et ca non plus explique peut etre pourquoi 30% des francais rejettent l’ecologie (etude Ademe)
    Mieux vaux proposer des choses realistes allant dans le bon sens pour progresser. Le solaire et les granules ameliorent la situation meme s’ils ne sont pas parfaits.
    A noter que la plupart des sechoirs a granules fonctionnent avec de l’energie bois et que le nombre de fabriques de granules augmentent chaque mois en France ce qui permet de localiser la production et minimiser l’impact Carbone.

  • 7

    pemmore

    13 décembre 2011

    le chauffage avec des pellets est très intéressant ,avec un silo un tapis roulant ou une vis morillon comme en agriculture on a un chauffage automatique écologique et propre.
    Quand à la ressource dans notre pays qui est l’un des plus boisé d’Europe ça pose peu de problêmes ,on n’utilise pas le bois noble mais les petites branches et les souches et on peut y mettre aussi le bois des haies et on peut envisager de recycler les branches des particuliers déposées en déchèterie.
    Seul point négatif le produit est encore très cher par rapport à sa valeur réelle ,cette profession qui débute en France n’a pas de concurence et a une situation de monopole.
    Je n’ai pas trouvé de fabricant Français de ces machines ,pourtant les extrudeuses utilisées dans les matières plastiques ou le caoutchouc sont très similaires.
    Il y a des emplois à créer .
    Quand à la fabrication à titre individuel il éxiste de petites solutions ,il serait intéressant de monter des coopératives d’utilisateurs comme quand on avait un alambic municipal.

  • 8

    A.D.P. Tarascon

    20 décembre 2011

    Je partage les craintes de certains qui critiquent avec logique la
    production de granulés de Bois … mais ils devraient aussi réfléchir
    selon ce qui suit …
    Pour ma part je défends avec vigueur l’installation d’une usine aux
    déchets de Bois à Tarascon sur le site de l’usine de pâte à papier
    existante mais dont l’avenir est loin d’être assuré … ceci pour
    produire de l’électricité et en même temps assurer un meilleur avenir
    à la sylviculture des deux régions voisines, voir d’autres …
    Pourquoi une usine de ce genre et à cet endroit ??? :
    - il vaut mieux une centrale dont les fumées peuvent être filtrées
    qu’une multitude de foyers chez les particuliers à qui l’on devrait
    donner les moyens de se chauffer électriquement …
    - les copeaux et sciures produits dans les deux régions voisines et
    tout au long de la vallée du Rhône peuvent être transportés par rail
    et par voies fluviale … le site étant situé sur une zone stratégique où
    avoisinent le rail, la route et le fleuve…
    - je préconise aussi des centres de coupe et de collecte à certains
    endroits stratégique le long du fleuve … ce qui aurait pour avantage
    de réduire considérablement la distance des transports par camions

    - à ces déchets de bois peuvent être associés les papiers et
    cartons, les élagages des villes etc…

  • 9

    bernard

    15 février 2012

    Concernant les fausses rumeurs sur les panneaux solaires, l’étude de HESPUL montrait que le temps de retour sur l’énergie de fabrication des panneaux photovoltaiques de quartz était de 3 ans sur 30 ans en 2009. Les gains en productivité et en rendement depuis l’ont abaissé à moins de 2 ans sur 30 ans : essayez juste de trouver mieux, parmi une véranda, une fenêtre double ou triple vitrage, ou une voiture…

    L’énergie grise des granulés est de moins de 5%, donc nettement plus faible que le gaz, ou le fioul, dont l’énergie grise d’extraction et de désulfurisation sont cachés et entrainent des dépenses et des pollutions sans équivalent, sans parler du nucléaire, dont les masses de béton et de déchets miniers et finaux sont des puits sans fond pour l’énergie grise.

  • 10

    bilbonotry

    20 mars 2012

    Pour ma part, j’avais carrément lu que le bilan carbone du photovoltaïque était négatif… J’aimerais des liens vers des études sérieuses sur la question (@bernard et @ikwaya), merci d’avance.

  • 11

    bernard

    28 mars 2012

    Pour Bilbinotry :
    cf http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/photovoltaique-l-energie-du-102130

    Les détails sont dans un commentaire :
    « Un rapport de 2009 écrit par Hespul indique (http://www.photovoltaique.info/IMG/... §3.1 page 25) une consommation d’énergie de 2500kWh par kWc installé pour le matériel complet, soit 7,6m2 dans cette étude de 2009, avec les méthodes de fabrication de 2009. On est donc à 329kWh/m2.

    En 2011, un panneau de 1,26m2 a une puissance de 200Wc et produit en moyenne en France 1000h d’équivalent 100% soit 156kWh/m2 par an. L’énergie utilisée par la production du panneau est récupérée en moins de 2,11 ans, sans tenir compte des économies réalisées sur la production depuis 2009.

    En 30ans de vie, à partir des chiffres précédents, un panneau aura produit au moins 14 fois plus d’énergie que la fabrication du système complet a utilisé.

    En combien de temps l’énergie grise des tuiles est-elle récupérée ? »

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite