Pourquoi les vaisseaux spatiaux d’aujourd’hui utilisent toujours des processeurs des années 1990 | SmartPlanet.fr

Pourquoi les vaisseaux spatiaux d’aujourd’hui utilisent toujours des processeurs des années 1990

Par la rédaction | 14 décembre 2012 | 0 commentaire

Bon nombre des processeurs qui font fonctionner les vaisseaux spatiaux actuels équipaient nos PC et ordinateurs portables. Le seul problème, c’est que la plupart des processeurs qui alimentent les fonctions essentielles de ces engins aujourd’hui remontent aux années 1990.

par Joe McKendrick

Pour les concepteurs des systèmes des engins spatiaux, la difficulté est qu’il faut souvent des années pour réaliser tous les essais et préparations nécessaires afin d’obtenir un système opérationnel pour les vols spatiaux, comme l’explique Shaun Dormon du Register. Or, en un rien de temps, le marché des processeurs progresse à la vitesse de la lumière (souvenez-vous de la loi de Moore, en vertu de laquelle la puissance de traitement double tous les deux ans).

« Lorsqu’un processeur est enfin prêt à être utilisé dans l’espace, il est périmé depuis longtemps sur Terre », écrit Shaun Dormon. Sur le long terme, ces processeurs peuvent montrer des défaillances à cause des conditions extrêmes de l’espace, telles que le « constant bombardement de radicaux d’hydrogène ionisés (ni plus ni moins que des protons libres) et d’électrons énergétiques qui sont éjectés sous forme de vent solaire, le résultat étant la dégradation immédiate des circuits à l’échelle nanométrique ».

Sans compter que le traitement est plus lent, se faisant aux vitesses de 1999.

Entre autres exemples de jeux de composants anciens qui alimentent les engins spatiaux actuels, citons le robot Curiosity envoyé sur Mars par la NASA, qui utilise un ordinateur RAD750 de BAE Systems. Le RAD750 est basé sur le processeur PowerPC 750 que l’on trouvait autrefois sur le G3 iMac d’Apple, sorti en 1997, précise Shaun Dormon. De même, le télescope spatial Hubble utilise un processeur Intel 486, installé en 1999.

CPUShack propose un récapitulatif instructif des jeux de composants qui alimentent la plupart des vaisseaux spatiaux, plus ou moins connus. Citons notamment la Station spatiale internationale, qui comporte plusieurs ordinateurs, les plus importants étant les ordinateurs de commande qui utilisent le processeur Intel i386, dont la sortie initiale remonte à 1985. La navette spatiale américaine, retirée du service l’année dernière, exécutait également de nombreuses fonctions essentielles sur le jeu de composants i386.

Il y a deux façons d’analyser la situation: l’utilisation d’anciens processeurs peut susciter des inquiétudes quant à la capacité de résistance de l’engin spatial, mais elle témoigne également de la durabilité de certains processeurs phare. CPUShack rappelle également que les processeurs utilisés dans l’espace doivent réussir des tests extrêmement rigoureux. De plus, la plupart des vaisseaux spatiaux utilisent plusieurs processeurs et comportent de nombreux sous-systèmes différents.

À lire aussi

Agriculture: la Chine fait muter des graines dans l’espace – 28 novembre 2012

Un futur radar européen contre les débris de l’espace – 13 septembre 2012

Neil Armstrong, de la Lune aux étoiles – 27 août 2012

Le robot Curiosity a réussi son arrivée sur Mars – 6 août 2012

Obsolescence: appareils et services tués par la technologie (vidéo) – 28 juin 2012

Voyage spatial: la Darpa rêve d’envoyer des humains vers les étoiles – 19 août 2011

Mots-clefs :, ,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite