Revues en libre accès: le prix ne fait pas l’influence | SmartPlanet.fr

Revues en libre accès: le prix ne fait pas l’influence

Par Janet Fang | 13 février 2013 | 0 commentaire

Smart Data >>
Cost Effectiveness for Open Access Journals, un outil développé par un universitaire de Seattle, permet de mieux choisir entre les différentes revues dans lesquelles un chercheur peut publier.

Si vous cherchez à publier, un nouvel outil peut vous indiquer quelle revue vous en donnera le plus pour votre argent. Il s’avère que celles qui facturent le plus cher ne sont pas forcément les plus influentes, relate Nature News.

Baptisé Cost Effectiveness for Open Access Journals, l’outil interactif gratuit en ligne pourrait être un moyen de stimuler la concurrence sur le marché, en aidant les chercheurs et auteurs à choisir entre les différentes revues dans lesquelles ils peuvent publier, explique le développeur de l’outil Jevin West, de l’université de Washington à Seattle.

Son objectif est d’aider à créer un marché transparent pour la publication en libre accès. « Nous espérons mettre un peu d’ordre dans la publication rapace, où les éditeurs facturent plus que ce que leur valeur ne mérite. »

La métrologie incorpore les informations de prix et de prestige de 657 revues en libre accès indexées par Thomson Reuters (dont 356 qui ne facturent aucun frais). Les revues plus prestigieuses ont tendance à facturer des frais de publication plus élevés.

À titre de comparaison, un graphique point par point a été tracé (voir ci-dessus), comparant le prestige d’une revue (ou score d’influence des articles [AI]) au tarif facturé par article. L’influence est ici basée sur les citations et la source de ces citations.

Vous pouvez restreindre le champ à l’écologie et l’évolution ou aux neurosciences, par exemple. Vous pouvez également voir les revues qui facturent des frais ou celles qui n’en facturent pas.

Cet outil peut également vous aider à optimiser vos frais par page avec un tableau des rapports coût-efficacité. Ces derniers sont calculés en divisant le score AI de la revue par le tarif de publication.

Sur les 301 revues en libre accès facturant des frais qui ont été prises en compte, la plus rentable était Publications of the Astronomical Society of Japan. Vous pouvez voir un graphique des autres revues offrant la plus grande valeur ici et des revues offrant le moins de valeur là.

L’outil a été lancé en janvier.

via Nature News

Image: projet Eigenfactor

À lire aussi

Distinguer le vrai du faux sur Internet: quatre recommandations d’un journaliste – 22 janvier 2013

La première bibliothèque publique sans livres aux États-Unis ouvre bientôt au Texas – 14 janvier 2013

Des outils de SIG pour cartographier l’injustice sociale – 31 juillet 2012

Pourquoi les scientifiques ne partagent-ils pas les données? – 12 décembre 2011

La « sphère de la connaissance » d’Andrew Revkin: la collaboration par la communication – 18 novembre 2011

Le laboratoire du New York Times planche sur la table de cuisine du futur – 26 septembre 2011

Mots-clefs :

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite