Un gisement de terres rares: le recyclage des lampes usagées | SmartPlanet.fr

Un gisement de terres rares: le recyclage des lampes usagées

Par Thierry Noisette | 17 octobre 2011 | 3 commentaires

Récylum a lancé une opération originale de sensibilisation à la valeur des ampoules. Recyclées à 95% quand elles sont collectées, les lampes contiennent des minerais rares qui seront récupérés à partir de 2012.

Ces derniers jours, le parvis de La Défense s’est animé autour de l’ouverture d’une mine urbaine: un gisement de terres rares a été découvert dans le sous-sol du quartier d’affaires, et les ouvriers de la Semu (Société d’exploitation des mines urbaines) s’affairaient autour d’une foreuse.

La Semu, qui dispose d’un site web, a communiqué du 11 au 14 octobre par panneaux d’affichage, spots radios, etc. Un beau travail pour une entreprise… aussi fictive que  le prétendu gisement miraculeusement découvert à La Défense.

Panneau de la Semu à La Défense

Cette opération, avec comédiens jouant les mineurs et vraie foreuse, est en réalité lancée par Récylum, l’éco-organisme en charge du recyclage des lampes depuis 2006. Son but est de sensibiliser à la valeur des ampoules usagées

Récylum l’a révélé ce lundi, en expliquant vouloir ainsi « rappeler l’importance de recycler ses lampes usagées et plus généralement ses déchets électriques car ils regorgent de matières réutilisables, ce qui est précieux à l’heure où les ressources naturelles s’épuisent ».

Le gisement annoncé est donc en fait celui du recyclage, exposant au grand public la notion d’économie circulaire. Une Lumibox géante de 11 mètres a été installée sur le parvis (la Lumibox est un bac de collecte destiné aux petites surfaces).

Elle abrite, pour toute la semaine, un stand pédagogique, destiné à informer le public sur les différentes sources lumineuses, les moyens de prévention en matière d’économie d’énergie, les métiers de l’éclairage, la collecte et le recyclage des lampes. L’opération a été montée avec plusieurs partenaires, dont l’Ademe.

Doubler la quantité de lampes collectées

Récylum collecte et recycle maintenant un tiers des lampes usagées, et veut parvenir à 65%. Le taux de recyclage des ampoules collectées est de 95%. L’éco-organisme souligne que l’économie circulaire fait partie des investissements d’avenir, avec un budget alloué de 250 millions d’euros.

À partir de 2012, un procédé développé par Rhodia permettra de recycler les terres rares contenues dans les ampoules usagées, ce qui fera de la France « le premier producteur européen de terres rares recyclées ». En 2010, Récylum a collecté 3.650 tonnes de lampes, contenant 17 tonnes de poudres fluorescentes.

Une lampe électrique contient:

  • 88% de verre, qui après recyclage peut servir à des tubes fluorescents, dits néons, à des abrasifs ou des isolants.
  • 5% de métal, principalement du fer, de l’aluminium et du cuivre.
  • 4% de plastiques, de types très différents, ce qui rend leur recyclage difficile – il faudrait en collecter de plus grandes quantités pour cela, indique Récylum. Ils sont surtout valorisés thermiquement.
  • 3% de poudres fluorescentes, contenant des terres rares, minerais comme l’ytrium, le terbium et l’europium.
  • 0,005% de mercure, retiré du marché par stockage définitif ensuite. Les nouvelles variétés d’ampoules en utilisent de moins en moins – pas du tout même, dans le cas des LED.

La « mine urbaine » de La Défense

  • 160.000 salariés et autant de lampes à recycler.
  • 92 tours de 16 à 96 étages.
  • 1.612 entreprises et 143 commerces équipés de plafonniers.
  • 20.000 habitants invités à déposer leurs ampoules usagées dans les magasins de proximité.

À lire aussi

Et si chaque ampoule électrique avait son adresse Internet? – 4 octobre 2011

Métaux stratégiques, terres rares: un rapport souligne leur rôle dans les énergies renouvelables – 21 septembre 2011

Traitement des ordures ménagères: peut mieux faire, selon la Cour des comptes – 13 septembre 2011

Le recyclage des appareils électriques et électroniques reste insuffisant – 15 juin 2011

Investissements d’avenir: appels pour les smart grids, la dépollution et les déchets – 8 juin 2011

Le recyclage des CD et DVD en test à Paris – 4 avril 2011

Mots-clefs :, ,

 
Reply to Story

SmartPlanet TalkbackPartagez vos idées et votre expertise sur ce sujet

S'inscrire à cette discussion via RSS

  • 1

    pemmore

    18 octobre 2011

    Si la récupération n’est pas rémunérée (ou correspond à une consigne) ça n’a aucun intérêt sur du long terme on le voit bien pour les piles la démarche citoyenne ne dure qu’un temps et il n’y a aucune raison à ce qu’une entreprise s’enrichisse avec quelque chose qui est donné.

  • 2

    Thierry Noisette

    18 octobre 2011

    @pemmore : Récylum est une SA à but non lucratif http://www.recylum.com/recylum/un-eco-organisme-agree/ donc elle ne s’enrichit pas

  • 3

    vandenhaute albert

    17 novembre 2011

    Toute cette communication est bizare :
    1-On arrive pas à savoir où sont les unités de recyclage en France. Je ne parle pas de la collecte, mais de la destruction des lampes, de la récup du bon, et l’élimination du mauvais.
    2- Une SA à but non-lucratif c’est du bidon. Ca s’appelle une Association.
    Quel géant du déchet est en course ? Qui à investi dans cette productique ? Le contribuable à-t-il « mis la main à la poche » ?
    Toute cette non-communication est trouble !

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite