Une goutte de sang pour détecter le sida, la tuberculose et le cancer | SmartPlanet.fr

Une goutte de sang pour détecter le sida, la tuberculose et le cancer

Par Andrew Nusca | 18 avril 2011 | 0 commentaire

Une technologie mise au point par des chercheurs américains, irlandais et chiliens permet d’établir une détection automatique en quelques minutes.

Avec une seule goutte de sang, des chercheurs de l’AIDS Healthcare Foundation (organisation internationale dont le siège se trouve à Los Angeles) ont réussi à détecter le VIH, la malaria, la tuberculose et même certains types de cancer.

Une nouvelle technologie de test mise au point par des chercheurs de l’université de Californie à Berkeley, de l’université de la ville de Dublin, en Irlande, et de l’université de Valparaíso, au Chili (une puce capable d’effectuer des analyses de sang), peut aider à automatiser cette technique en détectant toutes ces maladies en 10 minutes, accélérant l’accès et le diagnostic immédiat.

Fabrication possible en grands volumes

C’est une grande nouvelle pour l’industrie mondiale des diagnostics médicaux, car elle permet aux professionnels d’utiliser ces systèmes en plastique bon marché pour détecter les maladies sur le terrain.

Mieux encore, sa conception lui permet d’être fabriqué en grands volumes et à bas coût. Les chercheurs ont exploité les lois de la physique microscopique pour accélérer des processus qui prennent des heures ou des jours dans un laboratoire conventionnel.

Le fonctionnement est le suivant: la biopuce SIMBAS contient des rainures disposées sous des canaux microfluidiques qui font à peu près la largeur d’un cheveu humain. Lorsque du sang entier est déposé sur les orifices d’entrée de la puce, les globules blancs et rouges plus lourds sont entraînés dans les rainures, se séparant du plasma sanguin, plus léger.

Dans un processus baptisé « circulation induite par le dégazage » (qui implique la différence de pression qui résulte de la manipulation des molécules d’air via la création d’un vide), le sang s’écoule dans la puce.

Les chercheurs disent qu’ils peuvent utiliser cette technique pour extraire plus de 99% des globules sanguins dans les rainures et séparer le plasma.

Plus de précisions dans la vidéo de Kara Tsuboi, journaliste pour CBS et CNET News:

Mots-clefs :, , ,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite