Une start-up s’attaque aux voleurs d’électricité, dont les cultivateurs clandestins de cannabis | SmartPlanet.fr

Une start-up s’attaque aux voleurs d’électricité, dont les cultivateurs clandestins de cannabis

Par Kirsten Korosec | 12 février 2013 | 0 commentaire

Smart Data >>
Déceler les détournements d’électricité sur les lignes, notamment ceux destinés à alimenter des cultures maison de marijuana, c’est ce que propose une jeune pousse canadienne. Ses capteurs aident à lutter contre un fléau qui en Inde porte sur 27% de l’électricité produite.

Chaque année, plusieurs milliards de dollars en électricité sont détournés par des individus qui se raccordent illégalement aux lignes électriques pour alimenter gratuitement leur domicile, leur entreprise et, de plus en plus, leur culture de cannabis en intérieur. C’est un problème mondial constant qui devrait empirer à mesure que la demande en électricité augmentera.

Awesense, une start-up canadienne qui est restée plutôt discrète depuis sa création en 2009, a lancé un service pour aider les services publics à juguler les pertes d’électricité et à récupérer les revenus qui leur échappent à cause du vol, des surcharges de transformateur et d’autres pannes matérielles.

L’entreprise a mis au point le système SenseNET, qui combine matériel, traitement analytique des données, mise en réseau et surveillance avancée pour identifier les pertes d’électricité dues à des pannes des équipements et au détournement (c’est-à-dire le vol) d’électricité réalisé en trafiquant le compteur ou en pratiquant des branchements sauvages.

Mode de fonctionnement

Le système repose sur le SenseNET Monitor, un capteur en réseau qui s’accroche sur les lignes de distribution et de transmission. Les techniciens des services publics peuvent fixer ce capteur en moins de deux minutes à l’aide d’une perche ou d’un camion pour surveiller la partie correspondante du réseau électrique depuis un ordinateur portable ou une tablette, sans fil et en temps réel. Les capteurs, qui sont connectés via un réseau maillé sans fil, peuvent aider les services publics à identifier les problèmes d’efficience et le vol d’électricité. Une fois le problème corrigé, les services publics peuvent déplacer les capteurs vers une autre partie du réseau électrique.

L’entreprise canadienne Fortis BC utilise actuellement cette technologie de capteurs. Une entreprise américaine dont le nom n’a pas été dévoilé et qui gère environ 34.000 compteurs et 3.000 km de lignes sous tension a déployé le système SenseNET dans le cadre d’un contrat de service. Des entreprises de distribution électrique en Malaisie, Turquie, Bulgarie et République tchèque commenceront également à tester ce service dans le courant du premier trimestre.

Par le passé, Awesense vendait sa technologie aux « utilities » comme un système clés en main. Aujourd’hui, elle la vend en tant que service, évitant à l’entreprise cliente de devoir réaliser un investissement de capitaux préalable. Lorsqu’une entreprise souscrit au service et commence à l’utiliser, Awesense est rétribuée en touchant un pourcentage des revenus recouvrés.

Un problème mondial

Ces revenus recouvrés pourraient être considérables. Rien qu’en Inde, environ 27% de l’électricité générée est détournée par le vol, ce qui coûte aux entreprises de distribution du pays environ 16 milliards de dollars par an, d’après l’Autorité centrale de l’électricité indienne (CEA).

Au niveau mondial, l’équivalent de 202 milliards de dollars d’électricité générée est perdu chaque année à cause de défaillances techniques ou du vol, à en croire les estimations (PDF) de la Banque mondiale.

Le vol d’électricité pose également problème dans les nations développées. Le détournement d’électricité, par exemple lorsqu’un individu se branche sur une ligne électrique pour alimenter son activité illégale de culture de cannabis, coûte aux distributeurs américains quelque 6 milliards de dollars par an. L’électricité est ainsi la troisième cible des vols, derrière les informations de carte de crédit et les voitures, d’après les données fournies par Awesense.

À lire aussi

« Forte infiltration » de la mafia dans les énergies renouvelables en Italie – 5 février 2013

Un ex-cadre de Microsoft passe à la marijuana haut de gamme – 5 décembre 2012

Les éthylotests, un futur déchet à traiter – 2 août 2012

Les caisses en libre-service permettent des économies… et du vol – 15 mai 2012

La police américaine combat le crime en scrutant les données sur le trafic routier -  10 juin 2011

L’interdiction du cannabis est une source de gaspillage électrique – 18 mai 2011

Mots-clefs :, ,

 

Les commentaires sont fermés pour cet article

Les balises suivantes sont supportées :
<b> <i> <u> <pre>
publicite
publicite